Emissions de radio du projet Manumed

6 septembre 2011
Par

Retrouvez sur e-corpus les émissions de radio du projet Manumed.

 

 

  • La bibliothèque orientale de beyrouth (lien).

Fondée en 1875, en même temps que l’Université, la Bibliothèque Orientale (BO) reprend le fonds du collège – séminaire de Ghazir.

Son premier noyau est rassemblé par le P. Alexandre Bourquenoud, qui se lance dans le projet d’explorer et d’inventorier les richesses archéologiques de la région. Elle connaît un nouvel essor sous l’impulsion du P. Louis Cheikho qui en est le directeur entre 1880 et 1927. Il lui donne son nom de Bibliothèque Orientale en 1894 et l’enrichit par les disciplines de l’orientalisme et l’acquisition des manuscrits.

La création en 1898 de la revue en langue arabe, al-Machriq, et en 1906 des Mélanges de la Faculté orientale, devenus les Mélanges de l’Université Saint-Joseph, consolide les acquis. La bibliothèque est alors alimentée par les échanges avec les orientalistes européens de l’époque.

En 1914, elle n’a pas d’équivalent dans l’ensemble du Proche- Orient et, quand la Première Guerre mondiale est déclenchée et les Jésuites expulsés, ce sont les consuls d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie et des États-Unis à Istanbul qui interviennent directement auprès du gouvernement turc pour la protection et la conservation du fonds.

Propriété de la Compagnie de Jésus et gérée par l’Université Saint-Joseph depuis 2000, la BO est une bibliothèque de recherche ouverte au public.

 

  • Les collections algériennes privées du 19ème siècle (lien)

Panorama succinct sur les bibliothèques algériennes privées, datant du 19ème siècle, précédé d’une introduction sur la création, en 1835 de la Bibliothèque Nationale durant la période coloniale, édifiée sous le nom de « Musée d’Alger ». Cette dernière a connue plusieurs déménagements d’abord en 1838 puis 1848 et pour finir 1958, rue Franz Fanon, avant la construction de son nouveau siège et son installation définitive en 1996 à El-Hamma à Alger. Saïda Bencheikh Boulenouard nous parles ici des collections algériennes privées du 19ème siècle, collections qui on pour la plupart contribuées à la constitution des fonds durant cette même période. Survol de l’état du patrimoine écrit avant et pendant la période coloniale et des politiques ayant accompagnées l’offensive en direction des manuscrits algériens.

 

  • Entretien avec Hassan Messaoudy, calligraphe (lien)

Itinéraire d’un homme qui connu respectivement l’époque troublée de Najaf des années soixante, puis l’exil intérieur, pour finir par s’installer en France ou il poursuivra ses études à l’école des Beaux-arts de Paris. Plus tard  il se réconcilie avec la calligraphie et aborde résolument diverses expériences graphiques et fusions tout aussi prolifiques. Ses nombreuses rencontres l’encourage à aller au-delà de la calligraphie conventionnelle, ce dépassement de lui même aboutira à des production originales et chaque fois revisitées.

 

  • Les carrés magiques mathématiques (lien)

Probablement originaires de Chine, les carrés magiques sont présents dans de nombreuses civilisations d’Asie et d’Europe. Ayant souvent un sens religieux, ils seront plus connus à partir des Arabes qui seraient, au Xe siècle, les premiers à les utiliser à des fins purement mathématiques.

Vers 1250 Ahmed El-Buni, originaire de la région de Annaba, leurs consacre une bonne partie de ses travaux.

À la Renaissance, le philosophe allemand Cornélius Agrippa (1486-1535), parle de nouveau des carrés magiques, avec une connotation religieuse, développé dans son traité De Occulta Philosophia où il expose une théorie mêlant astrologie et carrés magiques.

Simon de La Loubère, diplomate et mathématicien français, publie en 1691 le très célèbre Du Royaume de Siam et introduit pour la première fois dans la langue française le terme « carré magique » et expose ainsi une nouvelle méthode dite méthode siamoise, de construction applicable aux carrés d’ordre impair.

Au XVIIe siècle, le juriste et mathématicien français Pierre de Fermat étend le principe des carrés magiques aux cubes magiques. Bernard Frénicle de Bessy écrit quand lui un traité sur les carrés magiques (rédigé dans les années 1640 et qui sera publié à titre posthume en 1693) et des tables pour tous les carrés d’ordre 4.

 

  • Entretien avec Abdeljalil Temimi (lien)

 

  • La tannerie Souwara de Fès (lien)

 

  • La bibliothèque d’Alexandrie (lien)

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Trésors

Un commentaire pour “ Emissions de radio du projet Manumed ”

  1. [...] Emissions de radio du projet Manumed | E-CORPUS Panorama succinct sur les bibliothèques algériennes privées, datant du 19ème siècle, précédé d'une introduction sur la création, en 1835 de la Bibliothèque Nationale durant la période coloniale, édifiée sous le nom de … Source: e-corpus.hypotheses.org [...]

Laisser un commentaire

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Carnets de recherche