Le journal de bord du bailli de Suffren lors de son expédition vers l’Inde

 Trésor tiré de la collection des Archives départementales des Alpes-Maritimes

 

Entré dans les gardes-marine en 1743, il prend part à la bataille de Toulon en 1744 et à celle de l’Étendrière, où il est fait prisonnier, en 1748. Chevalier (1749), commandeur et bailli de l’ordre de Malte, il sert dans la marine française (17434748), dans celle de Malte (1749-1754) puis de nouveau dans la marine royale où il fait partie de l’escadre de La Galissonnière*. Suffren contribue à la défaite de Sung et à la prise de Mahon (1756), sert enfin sous les ordres de d’Estaing* pen dant la guerre d’Indépendance américaine, à bord du Fantasque (1779). Ayant succédé au comte d’Orves comme chef d’escadre (1781), il ruine à La Praya (Cap-Vert) l’escadre du commodore Johnston (avril 1781) puis est envoyé aux Indes où, mettant en application sa tactique d’attaque vigoureuse de l’enne mi dès qu’il est en vue, il remporte de nom breux succès (1782-1783) qui sont d’un pré-cieux appui pour Haïder-Ali, allié de la France. Mais il lui est impossible d’exploiter au mieux ses avantages car il ne peut compter sur le soutien sans réserve de ses lieutenants qui supportent mal son aspect négligé, son langage vigoureux et ses moeurs scandaleuses (les « mignons de Suffren »). Il fait néanmoins une rentrée triomphale en France, acclamé à Toulon, fêté à Versailles par le roi qui crée pour lui une quatrième charge de vice-amiral (1784). Ambassadeur de l’ordre de Malte en France, il venait d’être appelé au commande-ment d’une escadre formée à Brest lorsqu’il meurt, tué dans un duel par Monsieur de Mi repoix, a-t-on longtemps affirmé. En réalité, il aurait été tué par un officier qui avait eu à se plaindre de lui aux Indes ou il serait mort de mort naturelle.

Lien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *