Les bibliothèques à l’heure du web 3.0

LE PENSEUR - Museo Rodin- PARIS

En passant du web premier au web 2.0, nous sommes passé d’une diffusion de l’information hiérarchique dans laquelle l’auteur du site web émettait statiquement et unilatéralement son information aux internautes à une diffusion plus réciproque et dynamique permettant aux usagers d’interagir et de participer à la rédaction de contenus (commentaires, folksonomie, écriture collaborative, wikis, web social…). L’humain, de simple récepteur et lecteur, est entré sur le web en devenant sujet et auteur d’information.
Le web 3.0 et le web de données consistent à permettre aux machines de dialoguer directement ensemble et à mettre en relation des objets et des ressources différentes. Chaque ressource pourra s’interconnecter à une autre pour en récupérer dynamiquement les données. On parle de « libérer les données » enfermées dans des bases de données pour les interconnecter car chaque site sera désormais en mesure d’utiliser les données des autres sites, chaque ressource étant identifiée par son URI. On parle à ce titre de « linked data ». Mais cela nécessite que le contenu du web soit structuré pour pouvoir être interprété et utilisé par d’autres machines qui seront ainsi interconnectées et plus exclusivement par des humains comme c’est actuellement le cas. Une machine qui tire dynamiquement de l’information de multiples autres machines est une machine qui raisonne. On se rapproche ainsi de l’intelligence artificielle. Mais il devrait également être possible, pour les humains, d’accroître considérablement les possibilités des requêtes et des équations de recherche sur les bases bibliographiques et les catalogues de bibliothèques. Les bases de données fonctionneront de plus en plus sur ce modèle. Les bases de données relationnelles avec leurs tables interconnectées seront elles mêmes à leur tour interconnectées, chacune se concentrant sur une partie des données et aucune n’imposant plus la ressaisie de données déjà saisies ailleurs. On peut imaginer, par exemple, qu’au niveau des services de l’Etat, il ne sera plus nécessaire que chaque administration saisisse l’adresse d’un administré, mais qu’une seule en soit chargée et que les autres viennent juste moissonner cette donnée, et que chacune n’ait plus à se concentrer que sur les données originales qu’elle sera susceptible de produire.
Par exemple, une application connectée à des données météo, à un calendrier lunaire, à un GPS… pourra vous dire, en temps réel, si les conditions sont bonnes pour partir à la pêche. Tim Berners-Lee évoque parfois l’exemple de la télévision qui baisse automatiquement le son car elle a reçu une information du téléphone qui lui a dit qu’il était en train de sonner ou un four qui interroge automatiquement le site du fabriquant du plat surgelé que vous venez de rentrer afin de trouver les meilleurs paramètres de cuisson. Il existe déjà des sites dont le dont le contenu provient entièrement ou en grande partie d’autres sites, et qui sont alimentés via des flux RSS, des API ou des web services.
Concernant les bibliothèques, nous avons assisté, ces dernières années, à la mutualisation du catalogage. Au lieu que chaque bibliothèque saisisse dans son coin et à sa manière les références des livres qu’elle conserve, la notice du document n’est saisie qu’une seule fois de manière normalisée et toutes les autres bibliothèques disposant de l’imprimé signaleront posséder un exemplaire du document et viendront éventuellement améliorer la notice partagée. Les coûts de catalogage s’en trouvaient partagés et la qualité des notices multipliée. Concernant la numérisation, certaines bibliothèques numériques comme Gallica sont déjà capables de moissonner des données d’autres bibliothèques numériques. Certaines d’entre elles ne sont d’ailleurs constituées que d’informations moissonnées. C’est le cas, par exemple, de Europeana ou de Isidore.
Avec le FRBRisation des catalogues, les données des bibliothèques pourraient demain être utilisées par tous sur le web (autres bibliothèques, chercheurs, sociétés…) sous la forme d’un réseau structuré et interconnecté de données qui en permettra la mutualisation. De nouvelles économies de catalogage pourraient ainsi être réalisées pour une qualité encore augmentée. Une notice bibliographique pourrait se présenter comme un ensemble de liens vers d’autres ressources dont le contenu serait dynamiquement implémenté. Par ailleurs, la manifestation d’une même oeuvre sous la forme de plusieurs éditions ou traductions de livre, sous la forme de films ou même de jeux vidéo devrait être possible. Les bibliothèques américaines devraient adopter RDA début 2013. Pour sa part, la Bibliothèque nationale de France, a mis en place « data.bnf.fr », sur le modèle FRBR, qui expose les données bibliographiques de ses catalogues en RDF. Elle envisage de le faire aussi pour son corpus de jeux video et de film. Du coté de l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES) on a expérimenté, avec succès, SudocAD afin d’automatiser la génération des liens entre des métadonnées bibliographiques du portail Persée et les autorités du Sudoc (IdRef).
Ce sujet dont on parle depuis assez longtemps demeure encore relativement abstrait et difficile à saisir dans tous ces détails. Il mérite toutefois toute notre attention. C’est la raison pour laquelle nous avons tenté d’éclaircir, de notre mieux mais de manière relativement limitée, ce qui pouvait en être compris par un simple néophyte…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *