MALAGASY – Bibliothèque électronique des archives historiques et scientiques à Madagascar

La bibliothèque électronique des archives historiques et scientifiques offre un accès aux patrimoines documentaires conservées par plusieurs organismes institutionnelles à Madagascar :
– Instruments de recherches et catalogues relatifs aux archives historiques et scientifiques dans les Bibliothèques, les Archives, les Musées malgaches
– Collections numérisées de documents écrits, photographiques, cartes et plans.
– Fonds historiques sur Madagascar.

Lien.

Mémoire des sinistres – Groupe Bassin du Rhône CFBB

Le Comité Français du Bouclier Bleu (CFBB), association régie par la loi de 1901, a été créé le 15 juin 2001. Ses membres fondateurs sont :

  • le Conseil International des Archives(ICA)
  • le Conseil International des Musées (ICOM )
  • le Conseil International des Monuments et des Sites(ICOMOS )
  • la Fédération Internationale des Associations de Bibliothécaires et des Bibliothèques (IFLA )

Le rôle du CFBB est d’être le relais en France de l’ICBS (Comité International du Bouclier Bleu). Il peut également être mis à la disposition de l’ICBS pour les actions de celui-ci hors de France.

Le groupe local « BASSIN DU RHONE » a été créé le 07/02/2011 et il est coordonnée par Noemie BURCKLE

564_image2.jpg

Le rôle du CFBB en France découle des missions de l’ICBS mais ses fondateurs ont souhaité mettre l’accent sur :

  • la prévention, c’est-à-dire l’élaboration de toutes les mesures qui protègent le patrimoine culturel des effets des désastres, naturels ou non
  • l’échange de « cultures » entre les spécialistes du secours, habitués au respect d’une ligne de commandement et les spécialistes de la protection physique du patrimoine culturel qui connaissent mieux les matériaux de la création et leur sensibilité aux agents extérieurs
  • la coopération transversale dans notre pays entre les spécialistes du patrimoine culturel dont les spécificités doivent passer au second plan par rapport aux mesures communes à prendre dans la préparation à la lutte contre les effets des sinistres
  • la sensibilisation de tous à la fragilité du patrimoine culturel en utilisant toutes les techniques d’information
  • la formation

Lien.

Bibliothèque Jean-François Séguier (Nîmes, 1703-1784)

Jean-François Séguier est un botaniste et épigraphiste français, né le 25 novembre 1703 (certaines sources indiquent le 15/11) à Nîmes et mort le 1er septembre 1784 dans cette même ville d’une attaque d’apoplexie.

Il est le fils d’un conseiller du présidial. Il fait ses études au collège jésuite de Nîmes et se passionne très tôt pour la numismatique ainsi que pour l’histoire naturelle. Il part à Montpellier y étudier le droit mais il suit surtout les leçons de botanique de Pierre Baux (1708-1790) et Aymé-François Chicoyneau (1702-1740). Le marquis Scipion Maffei (1675-1755) visitant la ville en 1732 rencontre le jeune homme et obtient de son père qu’il l’accompagne durant ses voyages. Les deux hommes nouent alors une amitié que seule la mort put séparer.

Il visite le jardin du roi à Paris et rencontre Herman Boerhaave (1668-1738) en Hollande. Ils voyagent aussi en Autriche et en Italie où Séguier multiplient les observations naturalistes et archéologiques. Il fait paraître en 1740, à La Haye, Bibliotheca botanica puis de 1745 à 1754 ses Plantæ Veronenses. Mais il ne mène à terme un projet portant sur les fossiles qu’il avait observé autour de Véronèse. En 1755, ayant perdu son ami, il décide de quitter l’Italie et venir s’installer à Nîmes. Il rapporte avec lui une riche collection de médailles, de livres, de spécimens naturelles, de minéraux, fruit de vingt-trois ans de labeur.

Séguier se consacre à l’étude des monuments de l’ancienne Nemausus, sa ville natale, notamment à la Maison Carrée. Ancien temple romain, construit au tournant de l’ère chrétienne, entre 5 av. J.-C. et 5 ap. J.-C. par Marcus Vipsanius Agrippa, le gendre de l’ empereur Auguste, l’édifice portait sur son frontispice, inscrite en lettres de bronze scellées dans la pierre, une dédicace expliquant son rôle. Ces lettres ont ensuite disparu ! Les trous de scellement sont encore visibles. C’est grâce à la disposition de ces trous que le grand érudit nîmois Jean-François Séguier est parvenu en 1758 à recomposer le texte original. Cela disait ceci : « A Caius consul et Lucius consul désigné, fils d’Auguste, princes de la jeunesse ».

Il termine un important manuscrit portant sur les inscriptions latines, Inscriptionum antiquarum index absolutissimus, in quo græcarum latinarumque inscriptionum quæ in editis libris reperiri potuerunt prima verba describuntur, etc., Etruscarum et exoticarum indice ad calcem adjecto, en huit volumes mais cet ouvrage n’est pas édité. Il est nommé associé libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1772.

Il entretient une riche correspondance avec les savants de son temps et exerce une influence considérable sur les jeunes gens de sa ville. Il reçoit la visite des nombreux intellectuels comme les naturalistes Antoine Gouan (1733-1821) ou Dominique Villars (1745-1814). Aujourd’hui oublié, Séguier est une figure essentielle de la vie intellectuelle du xviiie siècle.

Lien.

Bibliothèque virtuelle NOE

A la suite des récentes catastrophes naturelles les responsables européens du patrimoine ont pris la mesure des risques liées à ces sinistres. D’autant que le patrimoine documentaire est spécialement vulnérable pour des raisons différentes (localisation dans des réserves pour le patrimoine documentaire, proximité des cours d’eau pour le patrimoine architectural ou industriel ancien…). Même si des méthodes de sauvetage ont été développées depuis lors, les répercussions sur l’aspect préventif ne sont pas encore visibles. On sait comment intervenir mais on ne prévoit pas suffisamment les sinistres en amont et peu de plans d’urgence fiables ont été mis en place.

Le projet NOE vise à travailler sur les actions préventives de sauvegarde du patrimoine de manière pluridisciplinaires et originale dans le cadre de coopérations interrégionales. Il s’agit d’aborder la problématique suivant cinq thématiques :

– livres
– habitat
– musées / archéologie
– relations pluridisciplinaires
– espaces naturels
Ce projet est financé par le programme Interreg III C et la région PACA.

Lien.

Centre des Sciences de la Mer

Les stations marines ont pour mission principale d’accueillir les étudiants et les chercheurs du monde entier pour observer et étudier les organismes dans leur milieu naturel, pour y pratiquer une recherche expérimentale, initialement très organismique mais devenue de plus en plus systémique et par conséquent pluridisciplinaire.

Ces stations jouent un rôle moteur au sein des réseaux national (RNSM) et européen (MARS) des stations marines. Elles sont depuis 1992 des Observatoires des Sciences de l’Univers (OSU) et, à ce titre, participent toutes à des réseaux d’observation du milieu marin, jouant un rôle clé au sein du dispositif national et européen d’observation du milieu océanique, notamment littoral.

Lien.

Eurindia – Bibliothèque virtuelle

EURINDIA a été un projet d’une durée de 36 mois co-financé par la Commission européenne dans le cadre de l’European Union India Economic Cross Cultural Programme (2004-2007)

Ce projet portait principalement sur l’histoire des relations économiques (commerciales, industrielles, commerce maritime et terrestre, etc.), et en particulier l’histoire de la conception de cartes et du commerce textile depuis le 15ème siècle à nos jours.

L’objectif global était de mettre en avant l’histoire des relations entre l’Europe et l’Asie par la localisation, le recensement, la numérisation et la diffusion sur Internet d’un corpus de documents historiques du domaine public.

Lien.

Ornithologie et patrimoine

Cette collection virtuelle est  pilotée par le Centre de Conservation du Livre d’Arles et par la médiathèque d’Arles.

La médiathèque d’Arles possède un fonds particulièrement riche sur la fauconnerie et l’ornithologie grâce à la donation en 1921 de Pierre-Amédée Pichot (1841-1921). Fils du célèbre arlésien Amédée Pichot (1795-1877), traducteur de langue anglaise et directeur de la Revue Britannique, Pierre-Amédée est l’auteur d’ouvrages sur la fauconnerie et la zoologie. Sa bibliothèque témoigne de son goût pour la bibliophilie. Citons quelques titres parmi les plus remarquables : Taka no sho : traité de fauconnerie, manuscrit japonais du 18e siècle ; La fauconnerie de Charles d’Arcussia, 1627 ; L’ histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales : l’ornithologie de John Ray, 1767.

Enfin nous soulignerons le Nouveau recueil de planches coloriées d’oiseaux : pour servir de suite et de complément aux planches enluminées de Buffon publié par C. J. Temminck et le baron Meiffren Laugier de Chartrouse en 1838, offert à la ville d’Arles par son auteur arlésien le baron Meiffren Laugier de Chartrouse maire d’Arles entre 1824 et 1830.

Lien

Bibliothèque Provençale Numérique – B.P.N

La Bibliothèque Provençale Numérique est un projet coordonné par le Centre de Conservation du Livre (C.C.L.) d’Arles, la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence et la Bibliothèque de l’Alcazar de Marseille.
Elle propose, présente et met en ligne un ensemble de documents patrimoniaux sur la Provence conservés dans des bibliothèques, des archives, des institutions muséales ou des collections privées, en France et à l’Étranger.

Parmi les milliers de documents proposés, intéressant l’histoire, la culture et l’image de la Provence, on peut notamment découvrir :

 

…et des centaines d’autres thèmes illustrant la richesse documentaire sur la Provence et les Provençaux à travers le monde.

Bibliothèque virtuelle des savants provençaux – Oeuvres et voyages

Depuis l’Antiquité, de nombreux savants et voyageurs illustres sont nés ou se sont fixés en Provence. Leurs travaux et leurs périples ont, pour la plupart, été publiés et peuvent être désormais consultés en ligne sur e-corpus. Ces oeuvres imprimées souvent complétées et éclairées par des archives conservées dans plusieurs institutions publiques et privées régionales, sont de précieux documents contenant de très riches ensembles de  notes manuscrites, de dessins, de journaux, d’objets ou de correspondances : ces pièces, souvent inédites, sont  peu à peu mises à la disposition des chercheurs et des amateurs sur e-corpus.

Quelques savants disponibles sur e-corpus…

 

…et bien d’autres encore.

Bibliothèque Virtuelle de l’Egypte ancienne et moderne

Les fonds documentaires sur l’Égypte, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, sont d’une très grande richesse. Des centaines de milliers de pièces sont conservées dans les collections publiques et privées : objets archéologiques, manuscrits, photographies, récits de voyages, cartes géographiques,  dessins, estampes, tissus, journaux intimes ou de campagnes, mémoires et correspondances, archives diplomatiques et commerciales, etc.

Cette richesse, l’Égypte la doit à la succession ininterrompue sur son sol  de civilisations et de cultures fondatrices : Période Pharaonique, Époques grecque et romaine, byzantine et musulmane. Des dieux multiples de l’Orient et de l’Afrique au Dieu unique des trois monothéismes, de l’écriture hiéroglyphique à l’alphabet phénicien, de l’hébreu au copte, du grec à l’arabe, des savants de la Grèce Antique à ceux de l’Expédition d’Égypte, de Peiresc à Champollion, des découvertes passées à celles à venir,  tout concourt à alimenter sans cesse le vertigineux et constant intérêt que l’Égypte suscite et provoque.

Plusieurs établissements de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur possèdent des fonds remarquables sur l’Égypte, E-CORPUS en présente déjà quelques uns, d’autres viendront compléter virtuellement cette vaste  source d’informations, en une bibliothèque « sans murs », qu’alimentent également les fonds égyptiens de plusieurs établissements en France et à l’étranger.

Lien