Zaouia al-Alawiya Mostaganem – Algérie

Historique

Succédant en 1909 à son maître le cheikh al-Buzaidî, le cheikh Ahmad al-Alâwî, né en 1869, mort en 1934, fut le revivificateur de la Tarîqa Darqâwiyya-Shâdhiliyya au début du vingtième siècle. Il sut harmoniser tradition et modernité pour donner une nouvelle dynamique à l’enseignement ésotérique de l’islam et fut le premier maître soufi à introduire cet enseignement en Occident.

Sa pensée sur les plans spirituel, philosophique et journalistique. se développe dans les années 1920 au Maghreb, en Europe et au Proche-Orient. Dans les années 1920, le cheikh se rend en Europe, où les premiers foyers – les zaouia – ont vu le jour grâce à l’initiative de fuqarâ émigrés en France et en Angleterre notamment. En 1924, une zaouia est fondée à Paris, Porte de Versailles, puis dans d’autres villes comme Marseille, Orléans, Lille, Châlons-sur-Marne, Nice, Toulouse, Antibes ou Avignon. En 1926, le cheikh Ahmed al-Alawi se rend à Paris pour l’inauguration de la Mosquée ; il y prononce le sermon initial et la première prière. 

Suivant cette tradition d’ouverture, depuis les années 1980, le cheikh Khaled Bentounès, son arrière petit-fils et actuel guide spirituel de la confrérie, a su devenir un acteur incontournable de la vie publique nationale et internationale en tant que représentant d’une voie de l’Islam en France : partenariat avec l’UNESCO, participation à la mise en place du Conseil français du culte musulman et très nombreuses actions de co-développement, particulièrement à destination de l’Afrique.


 

546_image2.tifPrésentation et intérêt des fonds documentaires
 
 
Les fonds conservés en Algérie et au Maghreb
 
Le patrimoine de la confrérie Alawiya est principalement localisé en Algérie (Mostaganem) et au Maroc (Tanger). À Mostaganem, la maison mère de la confrérie conserve des manuscrits, ouvrages et correspondance en langue arabe. Une grande partie des archives de la confrérie a été saisie lors de l’arrestation en 1971 du Cheikh al-Mahdî Bentounès, père de Cheikh Khaled Bentounès. Le contexte politique algérien des années 1980-1990 a également provoqué un éclatement du fonds patrimonial de la tarîqa.
 
Les fonds conservés en France

Les fonds conservés en France, malgré des lacunes importantes dans les archives des premières décennies dues aux vicissitudes de l’histoire , couvrent principalement la seconde moitié du vingtième siècle, et témoignent plus particulièrement de la présence et de la diffusion en Europe de la spiritualité alawiya et de l’intérêt de la tarîqa pour le dialogue inter religieux et l’ouverture au monde.

Les activités culturelles réalisées par la confrérie ont donné lieu à la collecte de documents, d’ouvrages et d’images historiques sous la forme de reproductions ou d’originaux. Par exemple, la préparation de l’Exposition sur l’émir Abd el-Kader, présentée dans le monde entier, a permis la constitution d’une riche collection de manuscrits, recueils et documentation. 

Un second ensemble de documents, des années 20 à nos jours, pour l’essentiel conservé à Villejuif, se compose de photographies, ektas et diapositives et de documents audiovisuels. 

Au Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes), sont conservées les archives papiers de la tarîqa en France et quelques archives historiques sur les zaouia d’Algérie.

En 2007, un récolement des fonds conservés en France a été réalisé et a permis d’établir un répertoire méthodique provisoire. Un répertoire définitif est actuellement en cours d’élaboration.

 

 Projets et coopérations

 
546_image3.tif La tarîqa développe plusieurs projets de valorisation de son patrimoine dans la perspective de faire connaître les valeurs universelles de la mystique musulmane. À Mostaganem, elle mène un projet de création d’un musée d’histoire du soufisme.
En France, la confrérie porte un projet de création d’une fondation reconnue d’utilité publique qui favoriserait les échanges entre les rives de la Méditerranée et mettrait à disposition du public sa bibliothèque, ses collections iconographiques et ses archives. 
[illustrations : 1 – Portrait du cheikh Ahmad al-Alawi; 2 – minaret de la zawîya, à Mostaganem (photos extraites du livre du cheikh Bentounès, La fraternité en héritage, 2009); 3 – Le Nom Suprême (ill. extraite de l’ouvrage de Martin Lings, Un saint musulman du XXe siècle,éd. de 1978)]Lien.

Fondation Georges et Mathilde Salem

La fondation Georges et Mathilde Salem à Alep est une des plus importantes collections privées de manuscrits en Syrie. Elle contient près de 547 volumes en arabe, syriaque et autres langues sur la théologie chrétienne et islamique, l’histoire, la grammaire, les sciences, la litturgie, la poésie et la littérature.

Lien.

Goa – Xavier Centre of Historical Research

Le centre de recherche historique Xavio est conçu pour servir de base pour la recherche universitaire dans le patrimoine historique et culturel de l’Inde, avec un accent particulier sur les questions contemporaines culturelles et sociales qui affectent l’Etat de Goa.  Au travers de cet édifice spécialement construit en 1983, le Centre cherche à promouvoir un forum pour échanger des idées, informations et expertises pour les visiteurs et les association de recherche avec vues similaires groupes et des individus pour la promotion de ces objectifs.  Le Centre Xavier a été établi en 1977 par la Compagnie de Jésus (province de Goa) et en 1993 est devenue une filiale reconnue de l’Université de Goa, pour la coordination des activités de recherche et d’enseignement.

Lien.

Parc national des Cévennes – Centre de documentation et d’archives

Le centre de documentation et d’archives du parc national a pour mission de conserver et de mettre à disposition du public la mémoire des Cévennes. Cette mission très large ne pourrait se réaliser pleinement sans le concours de la Direction régionale des affaires culturelles et des Archives départementales du Gard et de la Lozère. Il est placé sous leur responsabilité scientifique.

Le centre de documentation et d’archives se compose d’un fonds documentaire général sur les Cévennes et de plusieurs fonds, donnés par des particuliers, tous intéressants pour la connaissance de la région. Il conserve aussi deux fonds d’archives privées, portant notamment sur Génolhac, qui permettent de comprendre les modes de vie d’une famille de petite noblesse rurale.

Le centre met à la disposition de tous une base de données spécialisée sur les Cévennes tant en sciences de l’homme qu’en sciences de la nature. Cette base de données contient plus de 14 000 références : livres, revues, articles, rapports, études, thèses, cartes, microfilms d’état civil, archives familiales.

La consultation est possible les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30, de préférence sur réservation au 04.66.61.19.97 ou doc@cevennes-parcnational.fr

L’accès est libre et gratuit. La consultation se fait exclusivement sur place, pas de possibilité de prêt. Les chercheurs venant d’autres régions peuvent éventuellement être logés sur place s’ils en font la demande suffisamment à l’avance.

 Lien.

Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) & Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM)

Fondé en 1986, l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) est l’héritier de plusieurs centres plus anciens qui, dès 1958, ancrent à Aix-en-Provence un pôle pluridisciplinaire de recherche sur la rive sud de la Méditerranée. Sa création entérine l’élargissement à l’ensemble du monde musulman méditerranéen de travaux initialement centrés sur l’Afrique du Nord et la place croissante prise par les disciplines des sciences sociales dans la connaissance des sociétés contemporaines. Son ancienneté et la richesse de ses fonds documentaires en ont fait un des plus gros centres de recherche français sur cette partie du monde.
C’est aujourd’hui une « unité mixte de recherche » qui associe le CNRS, les trois Universités d’Aix-Marseille (U1, U2 et U3) et l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Elle est installée au sein de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (1997), sur le campus du Jas de Bouffan. L’Institut a une mission complexe, de recherche, de documentation, de formation à la recherche, d’accueil, de publication et de dissémination du savoir. Il bénéficie du concours d’une quarantaine de permanents, – chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens -, et du relais d’un large réseau de membres associés.

C’est aussi un laboratoire d’accueil doctoral, rattaché à deux des Ecoles doctorales d’Aix-Marseille Université, et l’unité d’accueil de quatre Masters de recherche. Une centaine d’étudiants de toutes nationalités s’y forment ainsi aux métiers de la recherche en sciences humaines et sociales.
Le laboratoire, enfin, entretient de nombreux partenariats avec des centres de recherche de la rive sud de la Méditerranée et des liens étroits avec les centres de recherche français à l’étranger.

Les fonds patrimoniaux de l’IREMAM

  • Le fonds Roux
    •  manuscrits berbères
    • archives berbères

 

  •  Les imprimés 
    • fonds des imprimés sur le droit musulman et colonial

Le fonds documentaire de l’IREMAM
L’IREMAM possède des fonds documentaires anciens (depuis 1956) en sciences humaines et sociales sur le monde arabe contemporain, en langues occidentales et arabe, qui ont été intégrés à lamédiathèque de la MMSH en 2004 et qui sont complémentaires des fonds de la bibliothèque de l’Université de Provence (Orient méditerranéen 1453-1900) et de ceux du Centre des Archives d’Outre-mer (période coloniale)

La richesse des collections réunies représente un demi-siècle de recherches sur l’islamologie, l’histoire, la linguistique, le droit, la sociologie, l’anthropologie, les sciences politiques, les flux migratoires et les relations internationales sur le monde arabe et musulman. 

Lien.

Centre d’Etudes Alexandrines [CEAlex]

Créé en 1990 par Jean-Yves Empereur, directeur de recherche au CNRS, le Centre d’Études Alexandrines (CEAlex) a pour mission d’étudier l’histoire d’Alexandrie (Égypte) à travers tous les documents qui illustrent son destin exceptionnel.

Fouilles archéologiques terrestres et sous-marines, vestiges de surface, archives, cartes anciennes, textes d’auteurs antiques et récits de voyageurs alimentent l’ensemble de ces recherches.

 

La Bibliothèque du CEAlex

La bibliothèque du Cealex est spécialisée dans toutes les recherches portant sur Alexandrie depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Elle dispose aussi d’ouvrages généraux et d’usuels sur l’Antiquité gréco-romaine. Le catalogue général et la bibliographie amphorique offrent plus de 10.000 titres (monographies et articles), 1300 articles concernant Alexandrie, provenant du dépouillement de périodiques, d’actes de congrès et d’ouvrages collectifs, ainsi que plus de 2.500 volumes de périodiques .

Lien.

Bibliothèque de l’Usek

L’Université Saint-Esprit de Kaslik, pérennise une mission très chère à la vocation de l’Ordre Libanais Maronite (O.L.M.) : la formation de la jeunesse et l’édification d’une culture humaniste. L’origine de cette culture s’enracine dans l’Orient mais celle-ci tend, par le biais de la sagesse et la science, à atteindre des horizons constamment redessinés.

La Bibliothèque centrale (BC), située au sein et au centre de l’Université, essaie de perpétuer cette mission. Elle aspire à la concrétiser par son enracinement oriental et par son ouverture à toutes les dimensions de la sagesse et de la science.

Initialement destinée aux séminaristes et aux étudiants en théologie de l’Ordre libanais maronite, et limitée, par conséquent, aux ouvrages de philosophie scolastique et de théologie, la BC s’est vue obligée, après la fondation de l’Université en 1962, de répondre aux besoins des différentes facultés et sections de l’USEK.

Aujourd’hui, elle couvre toutes les disciplines enseignées : la Théologie, la Liturgie, la Philosophie, les Sciences humaines, les Lettres, l’Histoire, l’Archéologie, la Musicologie, le Droit, les Beaux- arts et les Arts appliqués, l’Art sacré, la Gestion et les Sciences de l’Economie, l’Agronomie et la Nutrition, l’Ingénierie et le Génie informatique, la Médecine et les Sciences de l’infirmière…

Ainsi, la Bibliothèque centrale de l’USEK met à la disposition de ses lecteurs le fonds documentaire nécessaire à leurs études et leurs recherches. Continuellement enrichi des nouvelles parutions que la science requiert, elle s’adresse en particulier aux étudiants et enseignants de la communauté universitaire, mais également au personnel de l’Université et aux étudiants et chercheurs venus de l’extérieur de l’USEK.

Les instances nationales et internationales

Au niveau national, la BC est membre de la LLA (Lebanese Library Association).

Au niveau international, la BC est membre de différentes organisations mondiales relatives à la bibliothéconomie et a la paléographie (MELCOM-Middle East Library Committe-, Tma, Herimed), l’association européenne des bibliothécaires du Moyen-Orient.

   « Nous assurons la conservation de vos manuscrits et archives dans les meilleures conditions et vous en restez toujours propriétaires. »

La détérioration est un problème sérieux auquel sont confrontés les livres rares, les manuscrits et les archives s’ils ne sont pas conservés dans de bonnes conditions.
Conscient de cette situation, l’ACPE vous propose de stocker vos collections précieuses dans sa Banque du Patrimoine :

  • La conservation dans la Banque du Patrimoine est gratuite pour ceux qui procèdent à la préservation et la numérisation à l’ACPE.
  • Le dépositaire reste toujours le propriétaire de sa collection.

La Banque du Patrimoine a les caractéristiques suivantes:

  • Des locaux construits spécialement pour le stockage des manuscrits et archives, répondant ainsi aux meilleures normes de la conservation.
  • La climatisation et la ventilation sont assurées par le système VRV qui gère l’apport d’air frais, l’extraction de l’air usité, un taux d’humidité idéal (55° + 5) et une température stable (18 + 2).
  • Les étagères sont revêtues d’une poudre thermo-durcissable cuite au four. 
  • Les murs sont peints avec une peinture anti-fongique.
  • La protection contre l’incendie est assurée par un système sophistiqué, composé de détecteurs de feu et de fumée, de portes coupe-feu, d’une alarme, et d’un gaz non toxique pour les hommes et anodin pour les livres (FM 200). Les extincteurs sont programmés pour auto fonctionner une fois l’alarme déclenchée. 
  • La protection contre le cambriolage est assurée grâce aux caméras de surveillance et à un système d’alarme.

Lien.

Musée Paul Arbaud

Au coeur du quartier Mazarin, le musée Arbaud porte le nom de son fondateur né en 1831. Il est le siège de l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix-en-Provence. C’est dans un hôtel particulier au charme du XIXe siècle aménagé par Paul Arbaud qu’est présentée une belle collection de faïences provençales du XVIIIe siècle, en particulier de Moustiers. Mais ce musée étonnant propose aussi quelques peintures remarquables dont un triptyque flamand du XIVe siècle et de nombreux portraits de la famille Mirabeau. Parallèlement à sa collection d’objets, Paul Arbaud a rassemblé une très riche bibliothèque accrue depuis par quelques legs importants. Ce sont plus de 1600 manuscrits et livres ainsi que des fonds d’archives privées comme celle de la famille Mirabeau qui sont ici conservés.

Paul Arbaud (1831-1911)
Installé dans un hôtel particulier du quartier Mazarin, le musée est l’oeuvre de Paul Arbaud. Collectionneur, bibliophile et mécène, il rassemble en ce lieu un ensemble tout à fait exceptionnel, tant par l’ampleur que par la diversité et la qualité des pièces et objets.

Lien.

Château de Sassenage

Comme le soulignait l’ancien directeur des Archives Départementales de l’Isère, Mr Y.SOULINGEAS:

 « les archives du Château de Sassenage ont été constituées par la famille, avec apport d’autres fonds par mariage ou succession. A ce jour, leur appréhension est rendue, d’autant plus complexe qu’elles sont la trace écrite des différentes branches de la famille Bérenger-Sassenage fréquemment entremêlées par des mariages».

Outre leurs possessions originelles comprenant la baronnie de Sassenage et le marquisat de Pont en Royans, la famille Bérenger-Sassenage détenait d’autres terres, réparties dans les départements formant l’ancienne province de Dauphiné, (Isère, Drôme et Hautes Alpes).

De ce fait, ont été conservées au Château de Sassenage des archives intéressant :

  • la seigneurie de Saint Etienne de Saint Geoirs (Isère),le comté du Guâ (Isère), le comté de Charmes et Margés (Drôme), le comté de Montélier (Drôme), le duché pairie d’Hostung (Drôme), les duchés de Lesdiguières et Champsaur, le comté de Tallard, la baronnie d’Arzeliers, les seigneuries de Saléon et de Poët.

 

En 2000, une campagne de numérisation intéressant 500 parchemins a été réalisée. Puis en 2002, le Château de Sassenage a intégré un projet européen intitulé INTERNUM réunissant 5 partenaires méditerranéens dont le Centre de Conservation du Livre d’Arles (CCL). 

A ce jour, près de 700 documents (500 parchemins, 60 registres anciens et 400 photographies du milieu du 19è siècle) sont  disponibles sur le site communautaire : www.Internum.org.

En 2008, l’aide financière du Ministère de la Culture et de la Communication a permis la numérisation de 160 registres anciens, prochainement consultable sur le site Internum.

Dans le cadre d’une convention de numérisation signée entre le Château de Sassenage et le Département des Hautes-Alpes, l’année 2009 devrait voir la diffusion de nombreux documents inédits intéressant l’actuel département des Hautes Alpes. 

Lien.

Bibliothèque Mazarine

La bibliothèque personnelle du cardinal Mazarin (1602-1661), principal ministre de la minorité de Louis XIV, fut ouverte au public dès 1643 ; c’est la plus ancienne bibliothèque publique de France.

  • Collection des imprimés 
  • La bibliothèque Mazarine détient :

    – un fonds ancien encyclopédique (XVIe-XVIIIe siècles) : théologie, controverses religieuses (jansénisme notamment), histoire, politique, droit, littérature, sciences (médecine en particulier), éditions latines, françaises et étrangères (notamment italiennes, espagnoles et anglaises).

    – un fonds moderne spécialisé en histoire (XIXe-XXe siècles) : histoire religieuse, littéraire et culturelle du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) et des XVIe-XVIIe siècles, histoire du livre, histoire locale et régionale de la France. Aujourd’hui, la politique documentaire de la Bibliothèque s’organise autour de ces thématiques en privilégiant la France sans exclure l’Europe.
    Le support papier (ouvrages et périodiques) occupe une place prépondérante mais la Bibliothèque acquiert aussi des ressources électroniques (CD-roms, DVD-roms, abonnements en ligne) signalées dans le catalogue et consultables en salle de lecture.

  • Collection des manuscrits
  •  

    La Bibliothèque du cardinal Mazarin comprenait un ensemble important (un peu plus de 2 000, si l’on exclut les 300 volumes de l’ancienne collection Brienne, qui sont des copies de pièces d’archives) de manuscrits médiévaux et modernes rédigés non seulement en latin (environ 900), mais aussi en grec, français, italien, espagnol, catalan, portugais, islandais et dans les principales langues orientales (hébreu, arabe, turc, persan, copte, syriaque).
    Cette collection, léguée par le cardinal, en même temps que le reste de sa bibliothèque, au Collège des Quatre-Nations, ne constitue pas, pourtant, la base de l’actuel fonds des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine. A la suite d’un accord imposé par le pouvoir royal en 1668, les manuscrits furent en effet « échangés » contre les ouvrages imprimés figurant en double dans la Bibliothèque royale. Ils se trouvent aujourd’hui dans les différents fonds du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et en constituent une des richesses.
    A l’exception de quelques manuscrits acquis au XVIIIe siècle par les bibliothécaires du collège, le fonds actuel de manuscrits médiévaux et modernes de la Bibliothèque Mazarine provient essentiellement de confiscations révolutionnaires. L’abbé Leblond se servit largement dans le dépôt littéraire de Louis-la-Culture (rue Saint-Antoine) où la plupart des manuscrits provenant des établissements religieux parisiens avaient été rassemblés ; il obtint également les quelques manuscrits que conservait encore l’abbaye de Saint-Denis à la veille de la Révolution, s’attribua aussi des manuscrits présents dans les bibliothèques d’émigrés et profita de sa position de « commissaire pour la recherche des objets de science et d’arts dans la Belgique et dans les pays conquis par les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse » pour enrichir la bibliothèque de manuscrits provenant de ces régions.
    Aux XIXe et XXe siècles, quelques donations sont venus enrichir encore les collections de la Mazarine, essentiellement des papiers d’érudits (fonds Faugère, Thiébaut de Berneaud, Tastu, Lebrun, Demangeon-Perpillou, Laurain-Portemer…) mais également des manuscrits médiévaux et modernes (donation de Paul et Madeleine Faralicq, donation des héritiers de Julien LeRoy White…) ou des documents concernant l’histoire des Antilles (legs Marcel Chatillon), dont les archives de la Société des Amis des Noirs fondée en 1788 par Brissot et Clavière. Certains de ces fonds, encore en cours de traitement, ne sont pas entièrement consultables.

    Les manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, catalogués une première fois au cours du XIXe siècle (notamment par Taranne et Thiébaut de Berneaud), ont fait l’objet vers 1880 d’un recatalogage, avec attribution de nouvelles cotes, par Auguste Molinier dont le résultat a été publié en quatre volumes (Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine par Auguste Molinier, préf. d’Alfred Franklin. Paris : Plon, 1885-1892). Cette publication a fait l’objet de suppléments, publiés ou non, dont le dernier a été rédigé par Pierre Ganault en 1993.
    Aujourd’hui, les manuscrits de la Bibliothèque Mazarine sont recensés dans Calames (Catalogue Accessible en Ligne des Archives et Manuscrits de l’Enseignement Supérieur).

    Afin de mieux assurer la préservation des originaux et de mieux diffuser auprès du public les informations textuelles ou iconographiques véhiculées par ces ouvrages, les 1 400 manuscrits médiévaux de la Bibliothèque Mazarine ont tous été reproduits au cours d’une campagne de microfilmage menée de 1995 à 1997 par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (I.R.H.T.). En outre, le décor de ces documents a fait l’objet d’une numérisation systématique et, depuis octobre 2002, la base de données Liber Floridus, riche de plus de 30 000 images, dont plus de 16 000 concernant des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, est accessible en ligne.

    Lien

    Villa Arson

    La Villa Arson est une  institution nationale dédiée à l’art contemporain. Créée en 1970, sous l’égide du ministère de la Culture, la Villa  est dès l’origine conçue comme un établissement artistique d’un type nouveau ouvert aux échanges internationaux, réunissant une école d’art, un centre d’art contemporain, une médiathèque et des résidences d’artistes.

    Riche d’un fonds d’environ 40.000 documents, la médiathèque possède une collection patrimoniale (livre anciens, rares ou précieux) constituée en partie par le fonds de l’ancienne Ecole des arts décoratifs de Nice et en partie par des dons généreux d’artistes, comme Henri Matisse et de bienfaiteurs (Marie-Paule Fontenelle en particulier).
    L’essentiel des collections demeure le fruit d’une volonté affirmée depuis trente ans de créer un centre de ressources documentaires spécialisé dans l’art contemporain. La cohabitation unique au sein de la Villa Arson d’un centre d’art contemporain d’envergure internationale, de résidences d’artistes et d’une école supérieure d’art a conduit la médiathèque à élaborer une politique exigeante d’achats spécialisés.
    L’activité éditoriale du Centre d’art  permet également de participer aux échanges de publications entre institutions et d’enrichir ainsi substantiellement le fonds de catalogues d’expositions temporaires.

    Actuellement,  l’Ecole supérieure d’art entreprend un vaste chantier de valorisation des collections d’estampes. Dans le cadre du plan national de numérisation du ministère de la Culture, l’équipe de la médiathèque inventorie les collections d’estampes conservées qui ont été réalisées dans les ateliers de l’école d’art depuis trente ans : gravures, lithographies et sérigraphies.

    Lien.

    Médiathèque Communautaire de Draguignan

    Depuis 1889, la médiathèque de Draguignan est installée dans l’ancienne résidence d’été de l’évêque de Fréjus, Martin du Bellay. Ce bâtiment du XVIIème siècle est, à l’origine, un ancien couvent des Ursulines.

    La médiathèque conserve une partie des fonds confisqués durant la Révolution aux congrégations religieuses et aux émigrés varois:

    Elle détient 521 manuscrits du Moyen-Âge au XIXème siècle, 11 incunables, près de 10 000 livres du fonds ancien (avant 1810) et 5000 volumes du fonds local.

    Le manuscrit le plus ancien date du XIIème siècle: il s’agit d’un recueil de lettres de Sénèque dont 8 sont adressées à Paul de Tarse.

    La médiathèque conserve également un exemplaire du Roman de la Rose, manuscrit sur parchemin du XIVème siècle orné de 13 enluminures, plusieurs bréviaires et livres d’heures enluminés, le Chronicurum Liber (1493), le Songe de Poliphile, le Theatrum Orbis Terrarum d’Ortelius, la Description de l’Egypte…

    Le fonds ancien peut être consulté sur rendez-vous, en dehors des heures d’ouverture au public.

    Lien

    Bibliothèque de manuscrits Lmuhub Ulahbib

    Collection de manuscrits arabes et berbères constituée au milieu du 19-ème siècle, en Kabylie Orientale, au village Tala Uzrar. Fondée par Lmuhub Ulahbib né en 1822, sa famille Ulahbib « benlahbib », la branche héritière de cette collection deviendra Mechehed pout l’état civil français. Sa famille  habitait le village familial Tala Uzrar depuis plus de 6 siècles et avait des activités agricoles et commerciales propres aux paysans de l’époque. Le célèbre voyageur al-Wathilani écrit bien dans sa rihla (récit de voyage) que la famille Ulahbib possède plusieurs érudits.

    La collection de manuscrits Ulahbib comprend 570 manuscrits et documents répertoriés, dont 50 manuscrits non pas été catalogués.
    Parmi eux, environ 478 écrits ont un rapport avec des ouvrages ou des textes (copie, commentaire, résumé…). Plus d’une centaine ne sont constitues que de quelques feuillets, alors que seulement 300  (sur 475) sont complets.
    Sa structure  permet d’avoir une bonne vision du savoir qui fut accessible aux lettrés locaux au milieu du XIXe siècle. Quant a son importance par rapport aux autres bibliothèques maghrébines du XIXe siècle, elle a fait l’objet d’une étude approfondie dans plusieurs articles. La vision qu’avait Lmuhub Ulahbib sur l’utilisation de sa bibliothèque est bien précisée dans ses Waqf : «mes ouvrages (…) rédigés, copiés ou achetés (…) doivent servir a ceux qui possèdent des connaissances et a ceux qui recherchent le savoir ».

    Lien.

    Bibliothèque de l’Université Catholique de Louvain, Institut Orientaliste

    L’Institut orientaliste de Louvain est un centre de recherche qui se consacre à l’étude des langues et civilisations orientales. Son objectif est d’identifier, analyser et comparer, selon une méthode critique adéquate (philologique, historique, anthropologique), les idées, croyances, pratiques et expressions culturelles des différents peuples orientaux dans leurs fondements originels, leur évolution prémoderne et leur rencontre avec les autres cultures. Il s’attache pour chaque tradition orientale concernée à la mise en évidence des continuités et des transformations diachroniques, ainsi que des phénomènes aréaux d’échanges et de diffusions.
    Le CIOL accorde une place privilégiée à l’étude des sources textuelles originales ou inédites, dont seules l’édition critique, la traduction précise et l’interprétation contextuelle rigoureuses peuvent fournir une base solide aux interrogations contemporaines touchant aux questions d’identité culturelle et de dialogue inter-culturel ou -religieux.
    Lien

    Université Paris 8

    Le Conseil scientifique de Paris 8 a souhaité que l’Université soit dotée d’une plateforme lui permettant de valoriser des corpus documentaires qui présentent un intérêt avéré pour des travaux de recherche en cours ou à venir. Il a confié au Service Commun de la Documentation de Paris 8 le soin de mener à bien ce projet. Les fonds numérisés proviennent de la Bibliothèque Universitaire de Paris 8, mais aussi de laboratoires de recherche, d’enseignants et de partenaires de l’Université.

    L’Université Paris 8 fait partie des établissements partenaires d’e-Corpus.