Emissions de radio du projet Manumed

Retrouvez sur e-corpus les émissions de radio du projet Manumed.

 

 

  • La bibliothèque orientale de beyrouth (lien).

Fondée en 1875, en même temps que l’Université, la Bibliothèque Orientale (BO) reprend le fonds du collège – séminaire de Ghazir.

Son premier noyau est rassemblé par le P. Alexandre Bourquenoud, qui se lance dans le projet d’explorer et d’inventorier les richesses archéologiques de la région. Elle connaît un nouvel essor sous l’impulsion du P. Louis Cheikho qui en est le directeur entre 1880 et 1927. Il lui donne son nom de Bibliothèque Orientale en 1894 et l’enrichit par les disciplines de l’orientalisme et l’acquisition des manuscrits.

La création en 1898 de la revue en langue arabe, al-Machriq, et en 1906 des Mélanges de la Faculté orientale, devenus les Mélanges de l’Université Saint-Joseph, consolide les acquis. La bibliothèque est alors alimentée par les échanges avec les orientalistes européens de l’époque.

En 1914, elle n’a pas d’équivalent dans l’ensemble du Proche- Orient et, quand la Première Guerre mondiale est déclenchée et les Jésuites expulsés, ce sont les consuls d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie et des États-Unis à Istanbul qui interviennent directement auprès du gouvernement turc pour la protection et la conservation du fonds.

Propriété de la Compagnie de Jésus et gérée par l’Université Saint-Joseph depuis 2000, la BO est une bibliothèque de recherche ouverte au public.

 

  • Les collections algériennes privées du 19ème siècle (lien)

Panorama succinct sur les bibliothèques algériennes privées, datant du 19ème siècle, précédé d’une introduction sur la création, en 1835 de la Bibliothèque Nationale durant la période coloniale, édifiée sous le nom de « Musée d’Alger ». Cette dernière a connue plusieurs déménagements d’abord en 1838 puis 1848 et pour finir 1958, rue Franz Fanon, avant la construction de son nouveau siège et son installation définitive en 1996 à El-Hamma à Alger. Saïda Bencheikh Boulenouard nous parles ici des collections algériennes privées du 19ème siècle, collections qui on pour la plupart contribuées à la constitution des fonds durant cette même période. Survol de l’état du patrimoine écrit avant et pendant la période coloniale et des politiques ayant accompagnées l’offensive en direction des manuscrits algériens.

 

  • Entretien avec Hassan Messaoudy, calligraphe (lien)

Itinéraire d’un homme qui connu respectivement l’époque troublée de Najaf des années soixante, puis l’exil intérieur, pour finir par s’installer en France ou il poursuivra ses études à l’école des Beaux-arts de Paris. Plus tard  il se réconcilie avec la calligraphie et aborde résolument diverses expériences graphiques et fusions tout aussi prolifiques. Ses nombreuses rencontres l’encourage à aller au-delà de la calligraphie conventionnelle, ce dépassement de lui même aboutira à des production originales et chaque fois revisitées.

 

  • Les carrés magiques mathématiques (lien)

Probablement originaires de Chine, les carrés magiques sont présents dans de nombreuses civilisations d’Asie et d’Europe. Ayant souvent un sens religieux, ils seront plus connus à partir des Arabes qui seraient, au Xe siècle, les premiers à les utiliser à des fins purement mathématiques.

Vers 1250 Ahmed El-Buni, originaire de la région de Annaba, leurs consacre une bonne partie de ses travaux.

À la Renaissance, le philosophe allemand Cornélius Agrippa (1486-1535), parle de nouveau des carrés magiques, avec une connotation religieuse, développé dans son traité De Occulta Philosophia où il expose une théorie mêlant astrologie et carrés magiques.

Simon de La Loubère, diplomate et mathématicien français, publie en 1691 le très célèbre Du Royaume de Siam et introduit pour la première fois dans la langue française le terme « carré magique » et expose ainsi une nouvelle méthode dite méthode siamoise, de construction applicable aux carrés d’ordre impair.

Au XVIIe siècle, le juriste et mathématicien français Pierre de Fermat étend le principe des carrés magiques aux cubes magiques. Bernard Frénicle de Bessy écrit quand lui un traité sur les carrés magiques (rédigé dans les années 1640 et qui sera publié à titre posthume en 1693) et des tables pour tous les carrés d’ordre 4.

 

  • Entretien avec Abdeljalil Temimi (lien)

 

  • La tannerie Souwara de Fès (lien)

 

  • La bibliothèque d’Alexandrie (lien)

 

VIDEO : échanges croisés entre experts de la restauration – conservation

Le patrimoine européen conservé en Chine et en Inde souffre d’un manque de compétences appropriées pour sa conservation optimale ; et inversement, les patrimoines chinois et indien actuellement conservés en Europe subissent le manque de technicité des experts européens en conservation face aux spécificités de chacun de ces patrimoines (matériaux  et techniques graphiques très particuliers et différents).

Ces échanges croisés entre experts chinois, indien et européen ont pour but de favoriser les bonnes pratiques et les transferts de savoir faire pour la conservation de ces patrimoines. Ils ont abouti à une meilleure prise en charge de ces patrimoines et donc contribué à leurs mise en valeur.

Ces échanges ont également été l’occasion de rencontres entre ces experts et les élèves qui ont contribués à la réalisation de la Bande Dessinée CHINDEU (plus d’information sur le site du projet: www.chindeu.eu/). Très enrichissantes pour chancun, ces rencontres ont également contribuées à la reussite du projet.

Pour visionner les vidéos : lien

Les manuscrits arabes de médecine

Au Moyen âge, les Arabes sont les pionniers de la recherche médicale. Ils ont conservé les savoirs de l’Antiquité et les enseignements d’Hippocrate et de Galien. En particulier, ils reprennent la théorie des quatre humeurs, selon laquelle les maladies résultent d’un déséquilibre entre la bile, le phlegme, le sang et l’atrabile qui gouvernent le corps et la personnalité. Les traitements consistent à rétablir la pondération initiale par la prescription de remèdes et d’une alimentation choisis.

Les docteurs arabes développent ces savoirs en s’appuyant sur une conception logique des affections et une approche méthodique. Ainsi, ils inventorient et décrivent les symptômes, ils améliorent l’art du diagnostic et la pratique clinique et posent les règlements de la profession.

Les apports sont nombreux et favorisés par la construction d’hôpitaux (Bagdad, Le Caire, Damas, Samarkand) contrôlés par un maître, la diffusion des principes d’hygiène (asepsie et isolation des contagieux à une époque où, en Europe, on pensait que la lèpre et la peste se transmettaient par le regard) et encore par une abondante pharmacopée, alimentée par le commerce caravanier ou maritime. Plantes, drogues animales, extraits minéraux entrant dans la composition des emplâtres, onguents, cataplasmes, cachets.

Le Canon d’Avicenne, cette monumentale encyclopédie, présente et classe près de 800 remèdes et le vocabulaire conserve les traces de cette inventivité chimique et pharmacologique, ou des termes arabes passés dans toutes les langues : drogue, alambic, alcool, benjoin, benzène, élixir, soude, talc, ambre, safran, santal, sénéÖ

La grande figure du génie médical est bien entendu Avicenne (Ibn Sinà, 980-1037), qui commença à exercer à l’âge de 16 ans et à qui l’on doit les descriptions de la méningite, de la pleurésie et plus de 100 ouvrages médicaux et philosophiques.

Son Canon fut traduit, puis publié en Europe, en 1473, pour la première fois. Au siècle suivant, on comptait 36 éditions.

E-Corpus présente une sélection de manuscrits médicaux, documents, rares et décorés, conservés dans des collections européenne et méditerranéenne.

Lien

Le journal de bord du bailli de Suffren lors de son expédition vers l’Inde

 Trésor tiré de la collection des Archives départementales des Alpes-Maritimes

 

Entré dans les gardes-marine en 1743, il prend part à la bataille de Toulon en 1744 et à celle de l’Étendrière, où il est fait prisonnier, en 1748. Chevalier (1749), commandeur et bailli de l’ordre de Malte, il sert dans la marine française (17434748), dans celle de Malte (1749-1754) puis de nouveau dans la marine royale où il fait partie de l’escadre de La Galissonnière*. Suffren contribue à la défaite de Sung et à la prise de Mahon (1756), sert enfin sous les ordres de d’Estaing* pen dant la guerre d’Indépendance américaine, à bord du Fantasque (1779). Ayant succédé au comte d’Orves comme chef d’escadre (1781), il ruine à La Praya (Cap-Vert) l’escadre du commodore Johnston (avril 1781) puis est envoyé aux Indes où, mettant en application sa tactique d’attaque vigoureuse de l’enne mi dès qu’il est en vue, il remporte de nom breux succès (1782-1783) qui sont d’un pré-cieux appui pour Haïder-Ali, allié de la France. Mais il lui est impossible d’exploiter au mieux ses avantages car il ne peut compter sur le soutien sans réserve de ses lieutenants qui supportent mal son aspect négligé, son langage vigoureux et ses moeurs scandaleuses (les « mignons de Suffren »). Il fait néanmoins une rentrée triomphale en France, acclamé à Toulon, fêté à Versailles par le roi qui crée pour lui une quatrième charge de vice-amiral (1784). Ambassadeur de l’ordre de Malte en France, il venait d’être appelé au commande-ment d’une escadre formée à Brest lorsqu’il meurt, tué dans un duel par Monsieur de Mi repoix, a-t-on longtemps affirmé. En réalité, il aurait été tué par un officier qui avait eu à se plaindre de lui aux Indes ou il serait mort de mort naturelle.

Lien