Les bibliothèques de l’Institut français du Proche-Orient sur e-corpus

Neuf centres de documentation répartis sur quatre sites.
Le pôle documentaire de l’Institut français du Proche-Orient regroupe 6 bibliothèques, 2 cartothèques et 1 photothèque, situées à Beyrouth, Amman, Damas et Alep.
Au total, sont ainsi disponibles plus de 125 000 ouvrages ou documents et 800 titres de périodiques en cours, touchant l’archéologie et les sciences de l’Antiquité, les études arabes, médiévales et modernes et les études contemporaines sur l’ensemble des régions du Proche-Orient.
L’accès à toute cette documentation est gratuit, la consultation se faisant uniquement sur place (pas de service de prêt individuel).

Les fonds numérisés accessibles et en cours de numérisation :

  • Les publications épuisées de l’IFPO
  • Les journaux arabes (les magazines littéraires arabes du XIXeme siècle (collection Damas IFPO) EN PROJET et La presse irakienne EN PROJET)
  • La photothèque (photographies d’archéologie : 20 751 images et fonds Camille Hammad (Alep) EN PROJET)
  • Livres anciens de la médiathèque IFPO de Damas EN PROJET
  • Site web : www.bib-ifporient.org

    Après Internet Archive, Google Books et Hathi Trust, une nouvelle bibliothèque numérique géante est annoncée : la Digital Public Library of America

    Après Internet Archive, Google Books et Hathi Trust, une nouvelle bibliothèque numérique géante est annoncée : la Digital Public Library of America

    Imaginée en octobre 2010 dans le cadre d’une conférence du Radcliffe Institute for Advanced Study, supportée par la Alfred P. Sloan Foundation, hébergée au Berkman Center, et enfin, annoncée par Robert Darnton, le Directeur de la bibliothèque de Harvard, la « Digital Public Library of America » (DPLA) devrait voir le jour en avril 2013 avec l’ambition de faire mieux que Internet Archive et que le Hathi Trust.

    La Fontaine 10

    Le référencement, quelles bonnes pratiques ? Par Google France, au labo de l’édition – 2, rue Saint-Médard, 75005 Paris – Jeudi 14 juin de 17h30 à 19h30

    Il existe aujourd’hui plus de 100 milliards de sites web ; seul un internaute sur trois va au-delà des trois premiers résultats de recherche ; le premier résultat est 4 fois plus cliqué que le deuxième : ces quelques chiffres témoignent de l’importance d’un bon référencement pour rendre visible son activité dans le secteur du livre comme dans tout autre secteur. Ouvrir un site web sans travailler son référencement reviendrait à ouvrir une magnifique librairie, remarquablement achalandée, en plein désert.
    Face à cet enjeu stratégique pour le secteur de du livre sur internet, Le Labo de l’édition vous invite à assister le jeudi 14 juin à 17h30 à une conférence de Maxime Tiran, ingénieur chez Google, qui couvre aujourd’hui 90% des parts de marché et de la recherche en ligne en France.
    Le référencement d’un site web se travaille grâce à une bonne compréhension du fonctionnement des moteurs de recherche et une connaissance des techniques de référencement naturel et payant.

    La présentation de Maxime Tiran abordera la question du référencement dans son ensemble, tant dans ses aspects théoriques que pratiques :

    – Présentation générale du moteur de recherche de Google
    – Qu’est-ce que le référencement ?
    – Le principe du Page Rank (comment ça marche)
    – Référencement naturel versus référencement payant
    – Y a-t-il des bonnes pratiques en matière de référencement ?
    – Existe t-il des outils de déréférencement pour un livre ?

    La deuxième partie de la conférence sera consacrée à un échange avec le public sur des cas concrets de référencement.

    Maxime Tiran est ingénieur chez Google depuis 4 ans. Il aide les acteurs les plus importants du monde du Web à mettre en place des stratégies marketing performantes en utilisant au mieux les outils Google (Moteur de recherche, AdWords, Maps, mobile, etc…). Avant de rejoindre Google, Maxime Tiran a travaillé 6 ans chez IBM dans la Silicon Valley.

    Pour s’inscrire à cet événement (entrée libre dans la limite des places disponibles).

    Google partenaire du Labo de l’édition.
    Google a choisi de soutenir l’activité du Labo de l’édition en direction des jeunes entreprises innovantes et des acteurs traditionnels de l’édition face aux enjeux du numérique. Entre autres actions conjointes, des événements tels que conférences, ateliers, master class sont régulièrement organisés au Labo de l’édition avec les équipes de Google sur ses domaines d’expertise.

    Web sémantique : Google lance Knowledge graph

    Après l’abandon de sa roue magique, Google lance Knowledge graph, une nouvelle fonctionnalité permettant au moteur de suggérer des pages en fonction de la recherche, car il associe des concepts aux mots clés saisis par l’internaute afin d’en comprendre le sens. Ce faisant des requêtes en langage naturel deviennent également possibles. Jusqu’à présent on liait des pages web entre elles. Knowledge graph est une tentative pour lier les informations entre elles, pour s’attacher au sens des mots au lieu de s’attacher à leur forme.
    Plus d’informations sur le blog de Google :
    http://googleblog.blogspot.fr/2012/05/introducing-knowledge-graph-things-not.html

    Vers la mutualisation d’un SIGB pour les bibliothèques

    L’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES) est en charge du catalogue SUDOC, le catalogue national des Bibliothèques de l’Enseignement Supérieur.
    Mais, au delà de la mutualisation du catalogage des documents, la mutualisation d’un SIGB est à l’étude. Un SIGB est un système d’information permettant de gérer les commandes de livres, les prêts de documents à tel ou tel lecteur, les statistiques…
    Jusqu’à présent, la plupart des bibliothèques cataloguaient leurs livres dans le SUDOC et en géraient le circuit dans leurs propres SIGB, chacune dans son coin. Cette gestion pourrait, elle aussi, être mutualisée.
    Pour les bibliothèques, la mutualisation d’un SIGB permettrait d’effectuer des économies importantes (administration du SIGB, maintenance des serveurs) tout en offrant la possibilité, pour les lecteurs, de pouvoir, un jour, utiliser les services d’une multitude de bibliothèques avec une carte unique.
    Bref, une bonne nouvelle pour les lecteurs comme pour les contribuables.

    RAPPORT D’INFORMATION DÉPOSÉ PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES EUROPÉENNES sur les enjeux européens de la numérisation de l’écrit

    INTRODUCTION
    PREMIÈRE PARTIE : LA NUMÉRISATION DE L’ÉCRIT OUVRE UNE ÈRE NOUVELLE
    I. LES NOUVELLES TECHNIQUES
    A. LE PRINCIPE ET LES OBJECTIFS DE LA NUMÉRISATION
    B. LES DIFFÉRENTES TECHNIQUES DE NUMÉRISATION
    C. LES FORMATS
    D. LIVRE « NUMÉRISÉ » ET LIVRE « NUMÉRIQUE »
    II. ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?
    A. L’APPARITION DE NOUVEAUX MATÉRIELS ET UNE ÉVOLUTION ENCORE TÉNUE DE LA CHAÎNE DU LIVRE
    1. L’apparition de nouveaux matériels
    2. Une évolution encore ténue de la chaîne du livre
    B. LE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX MARCHÉS
    C. L’IMPACT SUR LA LECTURE ET LA DIFFUSION DU SAVOIR
    DEUXIÈME PARTIE : LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES DE NUMÉRISATION
    I. LE PROJET GUTENBERG
    II. GALLICA
    III. LE MASTODONTE GOOGLE
    IV. LES AUTRES ENTREPRISES DE NUMÉRISATION
    A. L’OPEN CONTENT ALLIANCE
    B. LA WORLD DIGITAL LIBRARY
    TROISIEME PARTIE : LA NUMERISATION EN EUROPE
    I. LA SITUATION DE LA NUMERISATION EN EUROPE
    II. LES ORIGINES D’EUROPEANA
    A. LA CRÉATION DE DEUX RÉSEAUX : GABRIEL ET L’EUROPEAN LIBRARY
    B. LES DEUX INITIATIVES À L’ORIGINE D’EUROPEANA
    III. LA BIBLIOTHÈQUE EUROPÉENNE EUROPEANA
    A. LA MISE EN PLACE D’EUROPEANA : LA COMMUNICATION DE LA COMMISSION DU 28 AOÛT 2009
    B. LA SITUATION ACTUELLE D’EUROPEANA
    IV. QUELLES PERSPECTIVES POUR EUROPEANA
    A. LE RAPPORT DE M. MARC TESSIER
    B. LE RAPPORT DU COMITÉ DES SAGES
    C. QUEL FINANCEMENT POUR EUROPEANA
    D. LE FINANCEMENT DE LA NUMÉRISATION EN EUROPE
    E. LE PROBLÈME DES RAPPORTS AVEC GOOGLE
    QUATRIÈME PARTIE : UN IMPÉRATIF : RESPECTER LE DROIT D’AUTEUR
    I. UN DROIT FONDAMENTAL EN BUTTE AU PIRATAGE DES LIVRES NUMÉRIQUES
    A. LE PIRATAGE DES LIVRES NUMÉRIQUES
    B. LA NÉCESSAIRE LUTTE CONTRE CE PIRATAGE
    II. LE PROBLÈME DES OEUVRES ORPHELINES
    A. DÉFINITION ET ENJEUX
    B. L’ACTION EUROPÉENNE
    1. Une action incitative restée peu suivie
    2. La mise en place d’ARROW
    3. La proposition de directive sur les oeuvres orphelines
    4. La loi française relative à l’exploitation numérique des livres indisponibles du XXème siècle
    5. Comment éviter l’apparition de nouvelles oeuvres orphelines ?
    CINQUIEME PARTIE : PRESERVER LA CHAINE DU LIVRE NUMERIQUE
    I. LE PRIX DU LIVRE NUMÉRIQUE EN EUROPE
    A. LE PRIX DE VENTE DU LIVRE NUMÉRIQUE EN EUROPE
    II. LA FISCALITÉ DES LIVRES NUMÉRIQUES
    A. LA FISCALITÉ DES LIVRES NUMÉRIQUES EN EUROPE
    B. LE CHOIX D’UNE APPROCHE DYNAMIQUE
    C. DES PERSPECTIVES ENCOURAGEANTES POUR L’AVENIR
    CONCLUSION
    TRAVAUX DE LA COMMISSION
    PROPOSITION DE RESOLUTION EUROPEENNE
    ANNEXES
    ANNEXE 1 : PERSONNALITÉS ENTENDUES
    ANNEXE 2 : COMPTE RENDU DE LA TABLE RONDE DU 21 JANVIER 2011

    Accéder au document en ligne sur le site de l’Assemblée Nationale

    Rencontre avec Bob Stein au labo de l’édition, mercredi 16 mai de 17h30 à 19h30

    Le fondateur de l’Institute for the Future of the Book sera accueilli mercredi 16 mai de 17h30 à 19h30 au labo de l’édition (2, rue Saint-Médard, 75005 Paris).
    Il évoquera son parcours et fera état des recherches de son institut à propos, en particulier de la lecture collaborative.

    Pour s’inscrire :
    contact@labodeledition.com

    Site de l’institut pour le future du livre :
    www.futureofthebook.org

    LIMB : un nouveau logiciel de workflow pour les projets de numérisation

    Issu du projet de Recherche & Développement Polinum, I2S et Kirtas lancent LIMB, une solution logicielle de workflow pour les projets de numérisation.
    En effet, les programmes de numérisation nécessitent de nombreuses étapes :

  • Sélection des documents à numériser (on vérifie par exemple que les ouvrages n’ont pas déjà été numérisés et qu’on a le droit de le faire).
  • Préparation des trains de numérisation avec constats d’états avant et après numérisation
  • Numérisation avec traitements des images
  • Contrôles qualités
  • Conversions de métadonnées et tables des matières
  • Mise en ligne
  • Signalement dans les catalogues, moissonnage et référencement
  • Archivage pérenne
  • Le logiciel LIMB, destiné aux institutions culturelles et aux prestataires de numérisation leur permettra de gérer et de simplifier une part importante de ces étapes comme certains traitements des images, le contrôle qualité, l’OCR, du text mining, les conversions de métadonnées, et même la mise en ligne sur YooLib, la plateforme de diffusion issue également de Polinum.

    Prix : Deux versions :
    · version traitement de l’image : 4500 € HT prix public
    · version traitement de l’image, enrichissement des données, moteur OCR : 9500 € HT prix public

    Source

    De la publicité dans les ebooks

    Yahoo vient de déposer 2 brevets pour un retour sur investissements dans la diffusion de livres électroniques.
    Les publicités (liens, bas de pages, videos) seraient affichées directement au sein du EPUB. Ces publicités seraient contextuelles, c’est à dire en rapport avec le contenu du livre mais aussi avec le profil du lecteur. Ce retour sur investissements pourrait diminuer sensiblement le prix du ebook et contribuer ainsi au développement de sa diffusion.
    Aluratek Libre eBook Reader Pro jeh

    La numérisation sera-t-elle bientôt de l’histoire ancienne ?

    Google Books qui a déjà numérisé plus de 20 millions de livre en un peu plus de 7 ans commencerait à ralentir ses programmes de numérisation et à sélectionner livre à livre, d’après plusieurs de ses partenaires dans les bibliothèques américaines.
    Il anticipe ainsi probablement déjà sur la fin de la numérisation. La plupart des livres pouvant être numérisés l’ayant déjà été. Google évalue, en effet, d’après les estimations du chercheur Leonid Taycher, à près de 130 millions le nombre d’imprimés dans le monde. La numérisation pourrait donc devenir de l’histoire ancienne dans moins de 20 ans, d’autant que les bibliothèques et les États poursuivent aussi des programmes de numérisation qui, sur le web, s’additionnent aux efforts de Google.

    Source : chronicle.com

    Comment tourner les pages d’un livre sans les mains ?

    La société Emotiv a développé un casque qui enregistre en temps réel l’activité électrique du cerveau. A partir des signaux obtenus, il est ainsi possible de déterminer quels mouvements l’utilisateur souhaite donner à un curseur, s’il souhaite tourner la page d’un ebook… En effet, ce type d’action génère systématiquement un type de signal électrique du cerveau qu’un logiciel a enregistré et qui permet d’exécuter telle ou telle action correspondante.

    Un dispositif de veille au service des projets culturels

    La plupart des articles de ce blog proviennent d’une veille sur le sujet de la numérisation et des bibliothèques numériques.
    La veille tire son origine historique des services de renseignements militaires. Elle s’est généralisée, dans le cadre de la mondialisation avec une économie de plus en plus concurrentielle et offensive, à tel point que certains précurseurs de l’intelligence économique parlaient d’ailleurs de « guerre économique ». Dans le cadre du management de projets culturels, la veille permettra d’être rapidement informé de toute évolution ou actualité ayant une incidence sur l’environnement du projet, c’est à dire, d’identifier des opportunités (partenariats, innovations, appels à initiatives, financements) et, éventuellement, de détecter aussi des menaces (critiques, projets concurrents, évolution défavorable du contexte, faillite ou rachat d’un prestataire, évolution juridique).
    Ainsi, au lieu d’aller rechercher périodiquement de telles informations en essayant de retrouver, à chaque fois, les mêmes requêtes, avec le risque de passer à coté d’une information ou de relire plusieurs fois la même, un dispositif de veille va permettre d’enregistrer ces équations de recherches, et surtout de faire venir directement et automatiquement jusqu’à soi toute nouvelle information sur les sujets qui nous intéressent. On obtient ainsi une sorte de revue de presse personnalisée en fonction de ses centres d’intérêts et des sujets que l’on surveille. Cette démarche de curiosité et d’ouverture d’esprit vis à vis de son environnement extérieur est propice à l’innovation et permet de gagner en efficacité, l’information ayant une valeur croissante dans l’économie contemporaine et dans la société de l’information.
    Dans les institutions culturelles, on pourra, par exemple, développer les types de veilles suivants :
    ● Veille technologique (exemple : web sémantique)
    ● Veille image (e-reputation)
    ● Veille brevets (numérisation sans ouvrir le livre)
    ● Veille éditoriale (acquisitions)
    ● Veille appels à projets
    Mais la veille peut tout aussi bien être utilisée dans la vie quotidienne (recherche d’emploi, d’appartement…)
    Un outil gratuit et assez satisfaisant comme Google Reader permet de surveiller les flux RSS de sites web, d’équations de recherche sur des bases de données ou de Google Alerts afin d’être averti de tout nouvel item, de n’afficher que les articles qui n’ont pas encore été lus, de publier automatiquement les articles sélectionnés sur les réseaux sociaux (Google+, Twitter, Facebook…) et d’obtenir des suggestions de mise en relation avec des personnes ou des sources ayant les mêmes centres d’intérêts.
    En effet, une partie non négligeable de l’information est dite informelle, elle peut provenir du renseignement humain et des relations professionnelles par exemple (collègues, tutelles, institutions, entreprises…).
    A l’issue d’une collecte d’informations formelles (veille) et informelle (renseignement humain), une quantité importante d’informations doivent encore être analysées afin de transformer cette information brute en information plus raffinée, en information stratégique et, dans le cadre de ce blog, en articles. Voici, par exemple, quelques informations importantes qui ont pu être détectées, sur 2 ans, au sujet de la numérisation grâce à un tel dispositif de veille :
    ● 23 mars 2009 : Amazon BookSurge imprime à la demande les livres numérisés par la bibliothèque
    de l’université Cornell (USA)
    ● 9 avril 2009 : Le Centre Informatique National d’Enseignement Supérieur (CINES) lance une
    solution d’archivage pérenne
    ● 27 août 2009 : La Bibliothèque Nationale de France, après avoir dénoncé le projet Google Books,
    annonce être en train de négocier un partenariat éventuel.
    ● 17 septembre 2009 : Google achète ReCAPTCHA afin de faire corriger le texte océrisé pour
    Google Books par la multitude d’internautes qui créent des comptes sur le web.
    ● 30 octobre 2009 : lancement de e-Corpus une bibliothèque numérique et collective et gratuite
    ● 3 décembre 2009 : lancement de Polinum, un consortium d’entreprises en numérisation et en web
    pour offrir une solution payante pour les bibliothèques.
    ● 3 décembre 2009 : le Hathi Trust lance sa bibliothèque numérique avec des fonctionnalités d’
    archivage pérenne de ce que Google a numérisé.
    ● 7 avril 2010 : La BnF signe un partenariat avec Wikisource : le texte océrisé de 1400 livres pourra
    être corrigé par des bénévoles.
    ● 10 février 2011 : la Bibliothèque nationale de France se lance dans l’impression à la demande sur
    100 000 livres.
    ● 23 mars 2011 : la Bibliothèque nationale de France propose aux particuliers de financer la
    numérisation de certains de ses livres.

    Generic Feed-icon

    Parution de Bibliothèques numériques : logiciels et plateformes aux éditions de l’ADBS

    Bibliothèques numériques : logiciels et plateformes / Mathieu Andro, Emmanuelle Asselin, Marc Maisonneuve. – Paris : ADBS, 2012. – 1 vol. (315 p.). – ISBN 978-2-84365-140-3

    Cet ouvrage contient une étude comparative de 10 solutions logicielles pour développer des bibliothèques numériques : Yoolib (Polinum), CONTENTdm, Omeka, DigiTool, Mnesys, Greenstone, dspace, eprints, invenio, ORI-OAI. L’ouvrage présente, en particulier, les réponses à un questionnaire de 160 questions des 10 éditeurs des logiciels dits propriétaires ou des développeurs ou utilisateurs experts des logiciels libres, des tableaux comparatifs, une étude sur les plateformes HathiTrust, Internet Archive et e-corpus.

    Pour en savoir plus et le commander