La nouvelle année, ce sont aussi de nouveaux auteurs tombés dans le domaine public

Tous les auteurs morts en 1941, c’est à dire il y a plus de 70 ans voient leurs oeuvres tomber dans le domaine public depuis le 1er janvier.
Par exemple, les oeuvres des auteurs suivants sont désormais libres de droits :

  • Henri Bergson
  • James Joyce
  • Virginia Woolf

Attention toutefois, dans le code de la propriété intellectuelle, les auteurs morts pour la France bénéficient d’une protection supplémentaire de 30 ans (voir Wikipedia : Prorogations de guerre).

Une liste de personnalités mortes en 1941 sur Wikipedia

Source : voir.ca

Quand Wikipedia suscite la générosité

Wikipedia, l’encyclopédie librement distribuable que chacun peut améliorer suscite aussi la générosité.
En France, le nombre de donateurs a quasiment été multiplié par trois par rapport à 2010. En 2011, 36 000 personnes ont versé 980 000 euros. Au niveau mondial, ce sont 15,3 millions d’euros qui ont été versés par 1 million de généreux donateurs. La majeure partie des financements de Wikipedia provient, en effet, des dons de particuliers, l’autre partie est assurée par des fondations.
Cet argent sert à financer les quelques permanents de Wikimedia (95 salariés dans le monde), la maintenance, l’achat de serveurs, le développement de nouvelles spécifications…
Faire un don
La liste des donateurs
Wikipedia-logo-en

Innovation numérique et édition

Le labo de l’édition et la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing) organisent un “Café Carrefour” spécial “innovation numérique et édition” le mardi 7 février de 17h00 à 18h30 au 2 rue Saint-Médard dans le 5è arrondissement de Paris.
Parmi les responsables d’entreprises qui développent ou cherchent des innovations numériques autour de l’édition et l’écriture : Decaux, IDTGV et La Poste.
Inscriptions

Biblissima

Le projet Biblissima (Bibliotheca bibliothecarum novissima), porté par le Campus Condorcet, est doté de 7,1 millions d’euros sur 10 ans dans le cadre de l’appel à projets relatif aux équipement d’excellence. Ce projet d’Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance (arabe, français, grec, hébreu, latin…) associe la Bibliothèque nationale de France, le Centre d’Etudes Supérieures sur la Renaissance (CESR), le CIHAM de Lyon, l’Ecole des Chartes, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT, CNRS)
Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur

Les statistiques de Google, c’est Google Insights

Vous souhaitez savoir combien de fois les internautes ont saisi tel ou tel mot dans votre moteur de recherche favori ? Il suffit de jeter un oeil sur Google Insights.

Et pour ce qui concerne nous bibliothèques numériques ? Il peut être intéressant de comparer le nombre de gens qui saisissent le nom de telle ou telle bibliothèque numérique dans Google.

 

E-corpus s’en sort pas trop mal… Mais si on ajoute Google Books, on ne voit plus guère les autres projets :

 

 

 

Et pour ce qui concerne nos bibliothèques traditionnelles :

Pour finir, en cette période d’élections présidentielles, il peut également être intéressant de suivre l’impact sur le web de tel ou tel candidat

 

 

Quand les bibliothèques proposent aux lecteurs de jouer

Avant, les bibliothécaires demandaient parfois aux lecteurs de se taire. Ils leur refusaient aussi parfois les livres par peur qu’ils les abiment…
Aujourd’hui, les bibliothécaires leur proposent… de jouer !
La New York Public Library propose ainsi un jeu de rôle nocturne :

La Bibliothèque de la Huddersfield University, quant à elle, propose de jouer en apprenant à se servir des ressources électroniques sous le nom de Lemon Tree :

http://library.hud.ac.uk/blogs/projects/lemontree

Au delà de ces formations ludiques à la recherche documentaire, la relation lecteur bibliothécaire est ainsi progressivement modifiée. Le lecteur est désormais perçu comme un contributeur, un collaborateur, un partenaire.

Source :
http://lj.libraryjournal.com/2012/01/opinion/backtalk/the-constant-inno

Du nouveau chez Google Books

Google Books, qui continue a numériser chaque jour des milliers de livres, expérimente également de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme : avis des internautes, nuages de mots, autres éditions du livre consulté, livres sur des sujets connexes, tables des matières, références issues de pages web, exportation aux formats BiBTeX, EndNote, RefMan.

Voir des exemples :

The trial and death of Socrates
Complete works: with a memoir, and essay on his genius, Volume 1 / William Shakespeare

 

L’avenir du document numérisé

On peut considérer que le livre numérisé n’a pas encore réalisé tout son potentiel. Par analogie avec l’imprimé, nous nous trouverions donc encore dans la période des incunables.

Demain, les programmes de numérisation des bibliothèques devraient pouvoir trouver des applications et des développements dans le secteur de l’édition et de l’impression à la demande, du logiciel, des web services et des applications mobiles, de la vidéo et de l’animation, du jeu video, de la formation à distance, de produits culturels, de la bibliométrie et du texte mining…

Des projets de recherche s’intéressent déjà à la possibilité d’analyser automatiquement le contenu de très larges corpus de documents électroniques. Un certain nombre de projets de recherches font l’objet d’un concours :
http://www.marketwire.com/version_imprimable?id=1602884

Résultat d’appel à projets du grand emprunt

Suite à un appel à projets “investissements d’avenir”, 18 projets seront financés par l’Etat à hauteur de 500 000 euros à 7 millions d’euros chacun, pour un total de 32 millions d’euros sous forme de subventions et /ou d’avances remboursables.
Parmi les lauréats, on trouve un projet de plateforme d’enrichissement de livre numérique proposé par un consortium piloté par Jouve et un disque optique en verre pour le stockage pérenne proposé par Essilex.

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/A-la-une/Soutien-a-la-numerisation

De quel droit écrit-on parfois « copyright » sur des documents libres de droits numérisés ?

Tout d’abord, la notion de copyright n’a aucune signification en droit français et ne devrait donc être utilisée. Ensuite, la licence Creative Commons ne peut être utilisée que par l’auteur de l’oeuvre. Or, le fait de numériser une oeuvre ne fait pas de soi un auteur.
Mais, dans le cas d’oeuvres tombées dans le domaine publique, c’est à dire d’oeuvres dont les auteurs sont morts depuis plus de 70 ans (pendant lesquels leurs ayant droits ont pu bénéficier de droits patrimoniaux), les bibliothèques ont-elles le droit d’en restreindre l’utilisation ?
Le fait de posséder une œuvre ne donne (heureusement) aucun droit de revendiquer une quelconque paternité et un quelconque droit moral ou droit de propriété intellectuelle sur l’œuvre qu’on possède. Le fait de la numériser ou de la reproduire par un autre procédé, sans rien y ajouter d’original, non plus. Il serait d’ailleurs difficile de faire admettre que l’empreinte de la personnalité de l’auteur des photographies y est attachée et de faire reconnaître une quelconque originalité artistique ou un quelconque apport en terme de création dans le fait d’actionner mécaniquement un scanner.
C’est d’ailleurs pour cette raison, que Google ne peut pas s’opposer à la diffusion sur d’autres plateformes des livres qu’il numérise, comme c’est, en particulier, le cas sur Internet Archive ou Hathi Trust.

Néanmoins, la BnF interdit tout usage commercial des documents, pourtant libres de droit, qu’elle numérise :
http://gallica.bnf.fr/html/fr/editorial/conditions-dutilisation-des-contenus-de-gallica?ArianeWireIndex=true
En effet, la BnF s’appuie sur une dérogation de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 relative à la liberté d’accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006068643&dateTexte=vig) qui permet de restreindre la diffusion des données publiques dans certains cas. Les documents numérisés sont, en effet, considérés par la BnF comme des données publiques. Mais il faut bien avouer qu’en 1978, la numérisation n’existait pas encore…
Sur ce point, à la question posée à Anne Josso (commission d’accès aux documents administratifs, CADA) pour savoir si les collectivités peuvent refuser la mise à disposition de données publiques, sa réponse est la suivante :
Oui, si elles ont un motif légitime, c’est-à-dire prévu par la loi. […] (vie privée, secret industriel et commercial, ordre public, sécurité des personnes…). La loi ajoute en matière de réutilisation, la possibilité dans les licences de restreindre ce droit pour des motifs d’intérêt général mais de façon proportionnée, et pour les services culturels ou d’enseignement et de recherches de fixer leur propre règle. […]
Le motif d’intérêt général a été invoqué par certains services d’archives, mais en l’occurrence, la commission a considéré qu’il n’était pas suffisant pour justifier l’interdiction de toute réutilisation. Il y a une balance à faire. C’est aux collectivités de justifier que la protection de l’intérêt général justifie une restriction du droit de réutilisation. Mais il faut reconnaître qu’à ce stade, là encore, nous manquons de recul et d’exemples pratiques.” (http://www.lagazettedescommunes.com/48329/interview-d%E2%80%99anne-josso-secretaire-generale-adjointe-de-la-cada/#q3)

Bref, tout cela semble encore loin d’être tranché… Mais ces questions de droits, qui reviennent périodiquement dans les débats sur la numérisation, sont surtout révélatrices d’un état d’esprit et d’une réticence : la crainte de voir des intérêts privés piller les efforts des bibliothèques.
Les bibliothèques pourraient, au contraire, se féliciter si leurs numérisations, financées avec l’argent du contribuable pouvaient être démocratiquement utilisées par des citoyens, des chercheurs et puissent même, pourquoi pas, soutenir, même modestement, l’activité et l’économie, dans “l’intérêt général”. Elles pourraient même, en partie, mesurer le succès de leurs programmes de numérisation au nombre de réutilisations des documents numérisés au lieu de chercher à s’en prémunir et de chercher à maintenir un monopole pour la marchandisation du patrimoine qu’elles détiennent…
Mais les choses évoluent dans ce sens, à l’image de la récente initiative française data.gouv.fr qui met enfin librement à disposition du public, des chercheurs et des entreprises une masse importante de données publiques. Dans le domaine de la numérisation, un certain nombre d’institutions française ont d’ailleurs aussi déjà fait le choix de la Public Domain Mark pour la diffusion des documents libres de droits qu’elles diffusent. C’est le cas de l’archive ouverte du CNRS Medihal, de la Bibliothèque Municipale de Bourg en Bresse avec Bourg en doc et de la Bibliothèque Sainte-Geneviève sous Internet Archive.

La base de données AGEA, Anthroponymes et Généalogies de l’Égypte Ancienne

Reprenant le dictionnaire de Hermann Ranke, Die ägyptischen Personennamen qui contenait près de 15 000 anthroponymes égyptiens, la base de données évolutive AGÉA (Anthroponymes etGénéalogies de l’Égypte Ancienne) est un répertoire hiéroglyphique systématique des noms de personnes attestées depuis l’époque protodynastique jusqu’à l’époque gréco-romaineinclus.
Lancé en 2008 à l’Institut Français d’Archéologie Orientale (Ifao), ce projet vient de publier sa version bêta sur Internet le 26 octobre 2011. Il comprend plus de 500 noms correspondant à plus de 1 200 individus.

Site de l’AGEA

Egypte louvre 172 pharaon