Les manuscrits arabes de médecine

Au Moyen âge, les Arabes sont les pionniers de la recherche médicale. Ils ont conservé les savoirs de l’Antiquité et les enseignements d’Hippocrate et de Galien. En particulier, ils reprennent la théorie des quatre humeurs, selon laquelle les maladies résultent d’un déséquilibre entre la bile, le phlegme, le sang et l’atrabile qui gouvernent le corps et la personnalité. Les traitements consistent à rétablir la pondération initiale par la prescription de remèdes et d’une alimentation choisis.

Les docteurs arabes développent ces savoirs en s’appuyant sur une conception logique des affections et une approche méthodique. Ainsi, ils inventorient et décrivent les symptômes, ils améliorent l’art du diagnostic et la pratique clinique et posent les règlements de la profession.

Les apports sont nombreux et favorisés par la construction d’hôpitaux (Bagdad, Le Caire, Damas, Samarkand) contrôlés par un maître, la diffusion des principes d’hygiène (asepsie et isolation des contagieux à une époque où, en Europe, on pensait que la lèpre et la peste se transmettaient par le regard) et encore par une abondante pharmacopée, alimentée par le commerce caravanier ou maritime. Plantes, drogues animales, extraits minéraux entrant dans la composition des emplâtres, onguents, cataplasmes, cachets.

Le Canon d’Avicenne, cette monumentale encyclopédie, présente et classe près de 800 remèdes et le vocabulaire conserve les traces de cette inventivité chimique et pharmacologique, ou des termes arabes passés dans toutes les langues : drogue, alambic, alcool, benjoin, benzène, élixir, soude, talc, ambre, safran, santal, sénéÖ

La grande figure du génie médical est bien entendu Avicenne (Ibn Sinà, 980-1037), qui commença à exercer à l’âge de 16 ans et à qui l’on doit les descriptions de la méningite, de la pleurésie et plus de 100 ouvrages médicaux et philosophiques.

Son Canon fut traduit, puis publié en Europe, en 1473, pour la première fois. Au siècle suivant, on comptait 36 éditions.

E-Corpus présente une sélection de manuscrits médicaux, documents, rares et décorés, conservés dans des collections européenne et méditerranéenne.

Lien

Bibliothèque virtuelle des savants provençaux – Oeuvres et voyages

Depuis l’Antiquité, de nombreux savants et voyageurs illustres sont nés ou se sont fixés en Provence. Leurs travaux et leurs périples ont, pour la plupart, été publiés et peuvent être désormais consultés en ligne sur e-corpus. Ces oeuvres imprimées souvent complétées et éclairées par des archives conservées dans plusieurs institutions publiques et privées régionales, sont de précieux documents contenant de très riches ensembles de  notes manuscrites, de dessins, de journaux, d’objets ou de correspondances : ces pièces, souvent inédites, sont  peu à peu mises à la disposition des chercheurs et des amateurs sur e-corpus.

Quelques savants disponibles sur e-corpus…

 

…et bien d’autres encore.

Bibliothèque Virtuelle de l’Egypte ancienne et moderne

Les fonds documentaires sur l’Égypte, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, sont d’une très grande richesse. Des centaines de milliers de pièces sont conservées dans les collections publiques et privées : objets archéologiques, manuscrits, photographies, récits de voyages, cartes géographiques,  dessins, estampes, tissus, journaux intimes ou de campagnes, mémoires et correspondances, archives diplomatiques et commerciales, etc.

Cette richesse, l’Égypte la doit à la succession ininterrompue sur son sol  de civilisations et de cultures fondatrices : Période Pharaonique, Époques grecque et romaine, byzantine et musulmane. Des dieux multiples de l’Orient et de l’Afrique au Dieu unique des trois monothéismes, de l’écriture hiéroglyphique à l’alphabet phénicien, de l’hébreu au copte, du grec à l’arabe, des savants de la Grèce Antique à ceux de l’Expédition d’Égypte, de Peiresc à Champollion, des découvertes passées à celles à venir,  tout concourt à alimenter sans cesse le vertigineux et constant intérêt que l’Égypte suscite et provoque.

Plusieurs établissements de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur possèdent des fonds remarquables sur l’Égypte, E-CORPUS en présente déjà quelques uns, d’autres viendront compléter virtuellement cette vaste  source d’informations, en une bibliothèque « sans murs », qu’alimentent également les fonds égyptiens de plusieurs établissements en France et à l’étranger.

Lien

LA MUSIQUE, sous toutes ses formes, est aussi sur e-corpus

E-corpus n’est pas qu’une bibliothèque documentaire ; la plateforme peut aussi diffuser des enregistrements sonores.  

Depuis  plusieurs mois, des chantiers de numérisation musicale ont été lancés :

Musique d’orient

Musique d’occident

Coopérations d’e-Corpus

Le Centre de Conservation du Livre (dans le cadre de MANUMED et de E-CORPUS) a passé des conventions de numérisation et/ou diffusion de documents numérisés avec :

100 000 images et métadonnées seront produites et diffusées sur E-corpus d’ici 12 mois

  • L’Observatoire de Marseille

80 000 fichiers numériques seront diffusés d’ici la fin 2011 dont 32 000 sont actuellement en ligne.

  • La Bibliothèque de l’Université de Kaslik – Liban

50 à 70 000 fichiers seront diffusés d’ici fin 2011

  • La Bibliothèque des Antonins – Liban

20 000 fichiers seront diffusés d’ici fin 2011

40 000 fichiers sur l’histoire des techniques photographiques seront diffusés d’ici fin 2011 sur le site camera-obscura.org

Le journal de bord du bailli de Suffren lors de son expédition vers l’Inde

 Trésor tiré de la collection des Archives départementales des Alpes-Maritimes

 

Entré dans les gardes-marine en 1743, il prend part à la bataille de Toulon en 1744 et à celle de l’Étendrière, où il est fait prisonnier, en 1748. Chevalier (1749), commandeur et bailli de l’ordre de Malte, il sert dans la marine française (17434748), dans celle de Malte (1749-1754) puis de nouveau dans la marine royale où il fait partie de l’escadre de La Galissonnière*. Suffren contribue à la défaite de Sung et à la prise de Mahon (1756), sert enfin sous les ordres de d’Estaing* pen dant la guerre d’Indépendance américaine, à bord du Fantasque (1779). Ayant succédé au comte d’Orves comme chef d’escadre (1781), il ruine à La Praya (Cap-Vert) l’escadre du commodore Johnston (avril 1781) puis est envoyé aux Indes où, mettant en application sa tactique d’attaque vigoureuse de l’enne mi dès qu’il est en vue, il remporte de nom breux succès (1782-1783) qui sont d’un pré-cieux appui pour Haïder-Ali, allié de la France. Mais il lui est impossible d’exploiter au mieux ses avantages car il ne peut compter sur le soutien sans réserve de ses lieutenants qui supportent mal son aspect négligé, son langage vigoureux et ses moeurs scandaleuses (les « mignons de Suffren »). Il fait néanmoins une rentrée triomphale en France, acclamé à Toulon, fêté à Versailles par le roi qui crée pour lui une quatrième charge de vice-amiral (1784). Ambassadeur de l’ordre de Malte en France, il venait d’être appelé au commande-ment d’une escadre formée à Brest lorsqu’il meurt, tué dans un duel par Monsieur de Mi repoix, a-t-on longtemps affirmé. En réalité, il aurait été tué par un officier qui avait eu à se plaindre de lui aux Indes ou il serait mort de mort naturelle.

Lien