Parc national des Cévennes – Centre de documentation et d’archives

Le centre de documentation et d’archives du parc national a pour mission de conserver et de mettre à disposition du public la mémoire des Cévennes. Cette mission très large ne pourrait se réaliser pleinement sans le concours de la Direction régionale des affaires culturelles et des Archives départementales du Gard et de la Lozère. Il est placé sous leur responsabilité scientifique.

Le centre de documentation et d’archives se compose d’un fonds documentaire général sur les Cévennes et de plusieurs fonds, donnés par des particuliers, tous intéressants pour la connaissance de la région. Il conserve aussi deux fonds d’archives privées, portant notamment sur Génolhac, qui permettent de comprendre les modes de vie d’une famille de petite noblesse rurale.

Le centre met à la disposition de tous une base de données spécialisée sur les Cévennes tant en sciences de l’homme qu’en sciences de la nature. Cette base de données contient plus de 14 000 références : livres, revues, articles, rapports, études, thèses, cartes, microfilms d’état civil, archives familiales.

La consultation est possible les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30, de préférence sur réservation au 04.66.61.19.97 ou doc@cevennes-parcnational.fr

L’accès est libre et gratuit. La consultation se fait exclusivement sur place, pas de possibilité de prêt. Les chercheurs venant d’autres régions peuvent éventuellement être logés sur place s’ils en font la demande suffisamment à l’avance.

 Lien.

Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) & Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM)

Fondé en 1986, l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) est l’héritier de plusieurs centres plus anciens qui, dès 1958, ancrent à Aix-en-Provence un pôle pluridisciplinaire de recherche sur la rive sud de la Méditerranée. Sa création entérine l’élargissement à l’ensemble du monde musulman méditerranéen de travaux initialement centrés sur l’Afrique du Nord et la place croissante prise par les disciplines des sciences sociales dans la connaissance des sociétés contemporaines. Son ancienneté et la richesse de ses fonds documentaires en ont fait un des plus gros centres de recherche français sur cette partie du monde.
C’est aujourd’hui une « unité mixte de recherche » qui associe le CNRS, les trois Universités d’Aix-Marseille (U1, U2 et U3) et l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Elle est installée au sein de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (1997), sur le campus du Jas de Bouffan. L’Institut a une mission complexe, de recherche, de documentation, de formation à la recherche, d’accueil, de publication et de dissémination du savoir. Il bénéficie du concours d’une quarantaine de permanents, – chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens -, et du relais d’un large réseau de membres associés.

C’est aussi un laboratoire d’accueil doctoral, rattaché à deux des Ecoles doctorales d’Aix-Marseille Université, et l’unité d’accueil de quatre Masters de recherche. Une centaine d’étudiants de toutes nationalités s’y forment ainsi aux métiers de la recherche en sciences humaines et sociales.
Le laboratoire, enfin, entretient de nombreux partenariats avec des centres de recherche de la rive sud de la Méditerranée et des liens étroits avec les centres de recherche français à l’étranger.

Les fonds patrimoniaux de l’IREMAM

  • Le fonds Roux
    •  manuscrits berbères
    • archives berbères

 

  •  Les imprimés 
    • fonds des imprimés sur le droit musulman et colonial

Le fonds documentaire de l’IREMAM
L’IREMAM possède des fonds documentaires anciens (depuis 1956) en sciences humaines et sociales sur le monde arabe contemporain, en langues occidentales et arabe, qui ont été intégrés à lamédiathèque de la MMSH en 2004 et qui sont complémentaires des fonds de la bibliothèque de l’Université de Provence (Orient méditerranéen 1453-1900) et de ceux du Centre des Archives d’Outre-mer (période coloniale)

La richesse des collections réunies représente un demi-siècle de recherches sur l’islamologie, l’histoire, la linguistique, le droit, la sociologie, l’anthropologie, les sciences politiques, les flux migratoires et les relations internationales sur le monde arabe et musulman. 

Lien.

Centre d’Etudes Alexandrines [CEAlex]

Créé en 1990 par Jean-Yves Empereur, directeur de recherche au CNRS, le Centre d’Études Alexandrines (CEAlex) a pour mission d’étudier l’histoire d’Alexandrie (Égypte) à travers tous les documents qui illustrent son destin exceptionnel.

Fouilles archéologiques terrestres et sous-marines, vestiges de surface, archives, cartes anciennes, textes d’auteurs antiques et récits de voyageurs alimentent l’ensemble de ces recherches.

 

La Bibliothèque du CEAlex

La bibliothèque du Cealex est spécialisée dans toutes les recherches portant sur Alexandrie depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Elle dispose aussi d’ouvrages généraux et d’usuels sur l’Antiquité gréco-romaine. Le catalogue général et la bibliographie amphorique offrent plus de 10.000 titres (monographies et articles), 1300 articles concernant Alexandrie, provenant du dépouillement de périodiques, d’actes de congrès et d’ouvrages collectifs, ainsi que plus de 2.500 volumes de périodiques .

Lien.

Bibliothèque de l’Usek

L’Université Saint-Esprit de Kaslik, pérennise une mission très chère à la vocation de l’Ordre Libanais Maronite (O.L.M.) : la formation de la jeunesse et l’édification d’une culture humaniste. L’origine de cette culture s’enracine dans l’Orient mais celle-ci tend, par le biais de la sagesse et la science, à atteindre des horizons constamment redessinés.

La Bibliothèque centrale (BC), située au sein et au centre de l’Université, essaie de perpétuer cette mission. Elle aspire à la concrétiser par son enracinement oriental et par son ouverture à toutes les dimensions de la sagesse et de la science.

Initialement destinée aux séminaristes et aux étudiants en théologie de l’Ordre libanais maronite, et limitée, par conséquent, aux ouvrages de philosophie scolastique et de théologie, la BC s’est vue obligée, après la fondation de l’Université en 1962, de répondre aux besoins des différentes facultés et sections de l’USEK.

Aujourd’hui, elle couvre toutes les disciplines enseignées : la Théologie, la Liturgie, la Philosophie, les Sciences humaines, les Lettres, l’Histoire, l’Archéologie, la Musicologie, le Droit, les Beaux- arts et les Arts appliqués, l’Art sacré, la Gestion et les Sciences de l’Economie, l’Agronomie et la Nutrition, l’Ingénierie et le Génie informatique, la Médecine et les Sciences de l’infirmière…

Ainsi, la Bibliothèque centrale de l’USEK met à la disposition de ses lecteurs le fonds documentaire nécessaire à leurs études et leurs recherches. Continuellement enrichi des nouvelles parutions que la science requiert, elle s’adresse en particulier aux étudiants et enseignants de la communauté universitaire, mais également au personnel de l’Université et aux étudiants et chercheurs venus de l’extérieur de l’USEK.

Les instances nationales et internationales

Au niveau national, la BC est membre de la LLA (Lebanese Library Association).

Au niveau international, la BC est membre de différentes organisations mondiales relatives à la bibliothéconomie et a la paléographie (MELCOM-Middle East Library Committe-, Tma, Herimed), l’association européenne des bibliothécaires du Moyen-Orient.

   « Nous assurons la conservation de vos manuscrits et archives dans les meilleures conditions et vous en restez toujours propriétaires. »

La détérioration est un problème sérieux auquel sont confrontés les livres rares, les manuscrits et les archives s’ils ne sont pas conservés dans de bonnes conditions.
Conscient de cette situation, l’ACPE vous propose de stocker vos collections précieuses dans sa Banque du Patrimoine :

  • La conservation dans la Banque du Patrimoine est gratuite pour ceux qui procèdent à la préservation et la numérisation à l’ACPE.
  • Le dépositaire reste toujours le propriétaire de sa collection.

La Banque du Patrimoine a les caractéristiques suivantes:

  • Des locaux construits spécialement pour le stockage des manuscrits et archives, répondant ainsi aux meilleures normes de la conservation.
  • La climatisation et la ventilation sont assurées par le système VRV qui gère l’apport d’air frais, l’extraction de l’air usité, un taux d’humidité idéal (55° + 5) et une température stable (18 + 2).
  • Les étagères sont revêtues d’une poudre thermo-durcissable cuite au four. 
  • Les murs sont peints avec une peinture anti-fongique.
  • La protection contre l’incendie est assurée par un système sophistiqué, composé de détecteurs de feu et de fumée, de portes coupe-feu, d’une alarme, et d’un gaz non toxique pour les hommes et anodin pour les livres (FM 200). Les extincteurs sont programmés pour auto fonctionner une fois l’alarme déclenchée. 
  • La protection contre le cambriolage est assurée grâce aux caméras de surveillance et à un système d’alarme.

Lien.

Musée Paul Arbaud

Au coeur du quartier Mazarin, le musée Arbaud porte le nom de son fondateur né en 1831. Il est le siège de l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix-en-Provence. C’est dans un hôtel particulier au charme du XIXe siècle aménagé par Paul Arbaud qu’est présentée une belle collection de faïences provençales du XVIIIe siècle, en particulier de Moustiers. Mais ce musée étonnant propose aussi quelques peintures remarquables dont un triptyque flamand du XIVe siècle et de nombreux portraits de la famille Mirabeau. Parallèlement à sa collection d’objets, Paul Arbaud a rassemblé une très riche bibliothèque accrue depuis par quelques legs importants. Ce sont plus de 1600 manuscrits et livres ainsi que des fonds d’archives privées comme celle de la famille Mirabeau qui sont ici conservés.

Paul Arbaud (1831-1911)
Installé dans un hôtel particulier du quartier Mazarin, le musée est l’oeuvre de Paul Arbaud. Collectionneur, bibliophile et mécène, il rassemble en ce lieu un ensemble tout à fait exceptionnel, tant par l’ampleur que par la diversité et la qualité des pièces et objets.

Lien.

MALAGASY – Bibliothèque électronique des archives historiques et scientiques à Madagascar

La bibliothèque électronique des archives historiques et scientifiques offre un accès aux patrimoines documentaires conservées par plusieurs organismes institutionnelles à Madagascar :
– Instruments de recherches et catalogues relatifs aux archives historiques et scientifiques dans les Bibliothèques, les Archives, les Musées malgaches
– Collections numérisées de documents écrits, photographiques, cartes et plans.
– Fonds historiques sur Madagascar.

Lien.

Mémoire des sinistres – Groupe Bassin du Rhône CFBB

Le Comité Français du Bouclier Bleu (CFBB), association régie par la loi de 1901, a été créé le 15 juin 2001. Ses membres fondateurs sont :

  • le Conseil International des Archives(ICA)
  • le Conseil International des Musées (ICOM )
  • le Conseil International des Monuments et des Sites(ICOMOS )
  • la Fédération Internationale des Associations de Bibliothécaires et des Bibliothèques (IFLA )

Le rôle du CFBB est d’être le relais en France de l’ICBS (Comité International du Bouclier Bleu). Il peut également être mis à la disposition de l’ICBS pour les actions de celui-ci hors de France.

Le groupe local « BASSIN DU RHONE » a été créé le 07/02/2011 et il est coordonnée par Noemie BURCKLE

564_image2.jpg

Le rôle du CFBB en France découle des missions de l’ICBS mais ses fondateurs ont souhaité mettre l’accent sur :

  • la prévention, c’est-à-dire l’élaboration de toutes les mesures qui protègent le patrimoine culturel des effets des désastres, naturels ou non
  • l’échange de « cultures » entre les spécialistes du secours, habitués au respect d’une ligne de commandement et les spécialistes de la protection physique du patrimoine culturel qui connaissent mieux les matériaux de la création et leur sensibilité aux agents extérieurs
  • la coopération transversale dans notre pays entre les spécialistes du patrimoine culturel dont les spécificités doivent passer au second plan par rapport aux mesures communes à prendre dans la préparation à la lutte contre les effets des sinistres
  • la sensibilisation de tous à la fragilité du patrimoine culturel en utilisant toutes les techniques d’information
  • la formation

Lien.

Château de Sassenage

Comme le soulignait l’ancien directeur des Archives Départementales de l’Isère, Mr Y.SOULINGEAS:

 « les archives du Château de Sassenage ont été constituées par la famille, avec apport d’autres fonds par mariage ou succession. A ce jour, leur appréhension est rendue, d’autant plus complexe qu’elles sont la trace écrite des différentes branches de la famille Bérenger-Sassenage fréquemment entremêlées par des mariages».

Outre leurs possessions originelles comprenant la baronnie de Sassenage et le marquisat de Pont en Royans, la famille Bérenger-Sassenage détenait d’autres terres, réparties dans les départements formant l’ancienne province de Dauphiné, (Isère, Drôme et Hautes Alpes).

De ce fait, ont été conservées au Château de Sassenage des archives intéressant :

  • la seigneurie de Saint Etienne de Saint Geoirs (Isère),le comté du Guâ (Isère), le comté de Charmes et Margés (Drôme), le comté de Montélier (Drôme), le duché pairie d’Hostung (Drôme), les duchés de Lesdiguières et Champsaur, le comté de Tallard, la baronnie d’Arzeliers, les seigneuries de Saléon et de Poët.

 

En 2000, une campagne de numérisation intéressant 500 parchemins a été réalisée. Puis en 2002, le Château de Sassenage a intégré un projet européen intitulé INTERNUM réunissant 5 partenaires méditerranéens dont le Centre de Conservation du Livre d’Arles (CCL). 

A ce jour, près de 700 documents (500 parchemins, 60 registres anciens et 400 photographies du milieu du 19è siècle) sont  disponibles sur le site communautaire : www.Internum.org.

En 2008, l’aide financière du Ministère de la Culture et de la Communication a permis la numérisation de 160 registres anciens, prochainement consultable sur le site Internum.

Dans le cadre d’une convention de numérisation signée entre le Château de Sassenage et le Département des Hautes-Alpes, l’année 2009 devrait voir la diffusion de nombreux documents inédits intéressant l’actuel département des Hautes Alpes. 

Lien.

Bibliothèque Jean-François Séguier (Nîmes, 1703-1784)

Jean-François Séguier est un botaniste et épigraphiste français, né le 25 novembre 1703 (certaines sources indiquent le 15/11) à Nîmes et mort le 1er septembre 1784 dans cette même ville d’une attaque d’apoplexie.

Il est le fils d’un conseiller du présidial. Il fait ses études au collège jésuite de Nîmes et se passionne très tôt pour la numismatique ainsi que pour l’histoire naturelle. Il part à Montpellier y étudier le droit mais il suit surtout les leçons de botanique de Pierre Baux (1708-1790) et Aymé-François Chicoyneau (1702-1740). Le marquis Scipion Maffei (1675-1755) visitant la ville en 1732 rencontre le jeune homme et obtient de son père qu’il l’accompagne durant ses voyages. Les deux hommes nouent alors une amitié que seule la mort put séparer.

Il visite le jardin du roi à Paris et rencontre Herman Boerhaave (1668-1738) en Hollande. Ils voyagent aussi en Autriche et en Italie où Séguier multiplient les observations naturalistes et archéologiques. Il fait paraître en 1740, à La Haye, Bibliotheca botanica puis de 1745 à 1754 ses Plantæ Veronenses. Mais il ne mène à terme un projet portant sur les fossiles qu’il avait observé autour de Véronèse. En 1755, ayant perdu son ami, il décide de quitter l’Italie et venir s’installer à Nîmes. Il rapporte avec lui une riche collection de médailles, de livres, de spécimens naturelles, de minéraux, fruit de vingt-trois ans de labeur.

Séguier se consacre à l’étude des monuments de l’ancienne Nemausus, sa ville natale, notamment à la Maison Carrée. Ancien temple romain, construit au tournant de l’ère chrétienne, entre 5 av. J.-C. et 5 ap. J.-C. par Marcus Vipsanius Agrippa, le gendre de l’ empereur Auguste, l’édifice portait sur son frontispice, inscrite en lettres de bronze scellées dans la pierre, une dédicace expliquant son rôle. Ces lettres ont ensuite disparu ! Les trous de scellement sont encore visibles. C’est grâce à la disposition de ces trous que le grand érudit nîmois Jean-François Séguier est parvenu en 1758 à recomposer le texte original. Cela disait ceci : « A Caius consul et Lucius consul désigné, fils d’Auguste, princes de la jeunesse ».

Il termine un important manuscrit portant sur les inscriptions latines, Inscriptionum antiquarum index absolutissimus, in quo græcarum latinarumque inscriptionum quæ in editis libris reperiri potuerunt prima verba describuntur, etc., Etruscarum et exoticarum indice ad calcem adjecto, en huit volumes mais cet ouvrage n’est pas édité. Il est nommé associé libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1772.

Il entretient une riche correspondance avec les savants de son temps et exerce une influence considérable sur les jeunes gens de sa ville. Il reçoit la visite des nombreux intellectuels comme les naturalistes Antoine Gouan (1733-1821) ou Dominique Villars (1745-1814). Aujourd’hui oublié, Séguier est une figure essentielle de la vie intellectuelle du xviiie siècle.

Lien.

Bibliothèque virtuelle NOE

A la suite des récentes catastrophes naturelles les responsables européens du patrimoine ont pris la mesure des risques liées à ces sinistres. D’autant que le patrimoine documentaire est spécialement vulnérable pour des raisons différentes (localisation dans des réserves pour le patrimoine documentaire, proximité des cours d’eau pour le patrimoine architectural ou industriel ancien…). Même si des méthodes de sauvetage ont été développées depuis lors, les répercussions sur l’aspect préventif ne sont pas encore visibles. On sait comment intervenir mais on ne prévoit pas suffisamment les sinistres en amont et peu de plans d’urgence fiables ont été mis en place.

Le projet NOE vise à travailler sur les actions préventives de sauvegarde du patrimoine de manière pluridisciplinaires et originale dans le cadre de coopérations interrégionales. Il s’agit d’aborder la problématique suivant cinq thématiques :

– livres
– habitat
– musées / archéologie
– relations pluridisciplinaires
– espaces naturels
Ce projet est financé par le programme Interreg III C et la région PACA.

Lien.

Centre des Sciences de la Mer

Les stations marines ont pour mission principale d’accueillir les étudiants et les chercheurs du monde entier pour observer et étudier les organismes dans leur milieu naturel, pour y pratiquer une recherche expérimentale, initialement très organismique mais devenue de plus en plus systémique et par conséquent pluridisciplinaire.

Ces stations jouent un rôle moteur au sein des réseaux national (RNSM) et européen (MARS) des stations marines. Elles sont depuis 1992 des Observatoires des Sciences de l’Univers (OSU) et, à ce titre, participent toutes à des réseaux d’observation du milieu marin, jouant un rôle clé au sein du dispositif national et européen d’observation du milieu océanique, notamment littoral.

Lien.