Zaouia al-Alawiya Mostaganem – Algérie

Historique

Succédant en 1909 à son maître le cheikh al-Buzaidî, le cheikh Ahmad al-Alâwî, né en 1869, mort en 1934, fut le revivificateur de la Tarîqa Darqâwiyya-Shâdhiliyya au début du vingtième siècle. Il sut harmoniser tradition et modernité pour donner une nouvelle dynamique à l’enseignement ésotérique de l’islam et fut le premier maître soufi à introduire cet enseignement en Occident.

Sa pensée sur les plans spirituel, philosophique et journalistique. se développe dans les années 1920 au Maghreb, en Europe et au Proche-Orient. Dans les années 1920, le cheikh se rend en Europe, où les premiers foyers – les zaouia – ont vu le jour grâce à l’initiative de fuqarâ émigrés en France et en Angleterre notamment. En 1924, une zaouia est fondée à Paris, Porte de Versailles, puis dans d’autres villes comme Marseille, Orléans, Lille, Châlons-sur-Marne, Nice, Toulouse, Antibes ou Avignon. En 1926, le cheikh Ahmed al-Alawi se rend à Paris pour l’inauguration de la Mosquée ; il y prononce le sermon initial et la première prière. 

Suivant cette tradition d’ouverture, depuis les années 1980, le cheikh Khaled Bentounès, son arrière petit-fils et actuel guide spirituel de la confrérie, a su devenir un acteur incontournable de la vie publique nationale et internationale en tant que représentant d’une voie de l’Islam en France : partenariat avec l’UNESCO, participation à la mise en place du Conseil français du culte musulman et très nombreuses actions de co-développement, particulièrement à destination de l’Afrique.


 

546_image2.tifPrésentation et intérêt des fonds documentaires
 
 
Les fonds conservés en Algérie et au Maghreb
 
Le patrimoine de la confrérie Alawiya est principalement localisé en Algérie (Mostaganem) et au Maroc (Tanger). À Mostaganem, la maison mère de la confrérie conserve des manuscrits, ouvrages et correspondance en langue arabe. Une grande partie des archives de la confrérie a été saisie lors de l’arrestation en 1971 du Cheikh al-Mahdî Bentounès, père de Cheikh Khaled Bentounès. Le contexte politique algérien des années 1980-1990 a également provoqué un éclatement du fonds patrimonial de la tarîqa.
 
Les fonds conservés en France

Les fonds conservés en France, malgré des lacunes importantes dans les archives des premières décennies dues aux vicissitudes de l’histoire , couvrent principalement la seconde moitié du vingtième siècle, et témoignent plus particulièrement de la présence et de la diffusion en Europe de la spiritualité alawiya et de l’intérêt de la tarîqa pour le dialogue inter religieux et l’ouverture au monde.

Les activités culturelles réalisées par la confrérie ont donné lieu à la collecte de documents, d’ouvrages et d’images historiques sous la forme de reproductions ou d’originaux. Par exemple, la préparation de l’Exposition sur l’émir Abd el-Kader, présentée dans le monde entier, a permis la constitution d’une riche collection de manuscrits, recueils et documentation. 

Un second ensemble de documents, des années 20 à nos jours, pour l’essentiel conservé à Villejuif, se compose de photographies, ektas et diapositives et de documents audiovisuels. 

Au Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes), sont conservées les archives papiers de la tarîqa en France et quelques archives historiques sur les zaouia d’Algérie.

En 2007, un récolement des fonds conservés en France a été réalisé et a permis d’établir un répertoire méthodique provisoire. Un répertoire définitif est actuellement en cours d’élaboration.

 

 Projets et coopérations

 
546_image3.tif La tarîqa développe plusieurs projets de valorisation de son patrimoine dans la perspective de faire connaître les valeurs universelles de la mystique musulmane. À Mostaganem, elle mène un projet de création d’un musée d’histoire du soufisme.
En France, la confrérie porte un projet de création d’une fondation reconnue d’utilité publique qui favoriserait les échanges entre les rives de la Méditerranée et mettrait à disposition du public sa bibliothèque, ses collections iconographiques et ses archives. 
[illustrations : 1 – Portrait du cheikh Ahmad al-Alawi; 2 – minaret de la zawîya, à Mostaganem (photos extraites du livre du cheikh Bentounès, La fraternité en héritage, 2009); 3 – Le Nom Suprême (ill. extraite de l’ouvrage de Martin Lings, Un saint musulman du XXe siècle,éd. de 1978)]Lien.

Goa – Xavier Centre of Historical Research

Le centre de recherche historique Xavio est conçu pour servir de base pour la recherche universitaire dans le patrimoine historique et culturel de l’Inde, avec un accent particulier sur les questions contemporaines culturelles et sociales qui affectent l’Etat de Goa.  Au travers de cet édifice spécialement construit en 1983, le Centre cherche à promouvoir un forum pour échanger des idées, informations et expertises pour les visiteurs et les association de recherche avec vues similaires groupes et des individus pour la promotion de ces objectifs.  Le Centre Xavier a été établi en 1977 par la Compagnie de Jésus (province de Goa) et en 1993 est devenue une filiale reconnue de l’Université de Goa, pour la coordination des activités de recherche et d’enseignement.

Lien.