L’impression 3D appliquée à l’archéologie des tablettes cunéiformes

Les objets numérisés en 3D peuvent ensuite aussi être imprimés en 3D. Pour le moment, seuls des petits objets décoratifs en plastique sont concernés. Demain, votre garagiste imprimera peut être la pièce qui manque à votre moteur au lieu de vous faire attendre qu’on la lui expédie. La valeur résidera de moins en moins dans l’objet matériel et de plus en plus dans l’idée de l’objet, dans son concept immatériel…

En attendant, l’Université de Cornell a numérisé en 3D des tablettes cunéiformes. Ce mode de reproduction, contrairement aux moulages, ne risque pas d’altérer les précieuses tablettes. Il permet même d’en découvrir des détails invisibles à l’œil humain. Mais il permettra surtout à des étudiants et à des chercheurs dans le monde entier de pouvoir travailler sur des reproductions imprimées en 3D.

Si vous souhaitez en acquérir une reproduction par impression 3D (pour 25 $ = 18 euros), vous pouvez aller sur http://creativemachines.cornell.edu/cuneiform

Source : Anne Ju. Researchers replicate rare cuneiform tablets using 3-D scanning and printing Cuneiform tablets. Cornell Chronicle Online, May 23, 2011

Ayyab letter mp3h8880

Numérisation et identification du plagiat

La numérisation des livres et le développement de logiciels anti plagiat devraient permettre de multiplier les découvertes. Après PPDA et Michel Houellebecq, c’est au tour de Joseph Macé-Scaron, de créer le buzz sur Internet suite à des textes qu’il a emprunté à d’autres auteurs. Mais certains politiques et universitaires ont peut être aussi du souci à se faire.
Source : Par Natacha Czerwinski, Léa Bénet. Sale temps pour les plagiaires. L’Express. 07/09/2011

Un retour sur investissement pour la numérisation en faisant ressusciter les livres numérisés sur support papier : le Print on Demand

Depuis le début des années 2000, un nouveau modèle économique a fait son apparition dans le secteur de l’édition: le Print on Demand (POD). Particulièrement adapté à la diminution moyenne du nombre de tirages, ce modèle économique consiste à imprimer en flux tendu en fonction de la demande. Il permet de ne plus avoir à prévoir à l’avance de nombre d’exemplaires qui devraient être vendus, de limiter ainsi les risques de surproduction, de ne plus connaître d’invendus, et surtout de ne plus avoir à gérer des stocks coûteux en personnel, en conservation et en loyers. Durant l’année 2008, d’après Bowker, la production de livres imprimés aux USA avec le modèle traditionnel a connu une croissance de 3% tandis que la production sous forme de Print on Demand a augmenté de +132 %. Et, pour la première fois, aux USA, d’avantage de livres imprimés ont ainsi été produits avec ce modèle, en particulier, il est vrai, grâce à l’autoédition.
Ce modèle économique devait nécessairement rencontrer le monde de la numérisation. Les œuvres libres de droit ou orphelines de tout ayant droit vont pouvoir ainsi, après avoir été numérisées, c’est-à-dire après être passées du support papier au support électronique, « ressusciter » sur support papier et être à nouveau vendues comme des fac similés brochés. Amazon Booksurge propose ainsi aux bibliothèques un retour sur investissement pour leur programme de numérisation tout en offrant un service nouveau à leurs usagers et plus généralement à tous les internautes.
La livraison de l’imprimé reproduit se fait par correspondance. Elle peut aussi l’être directement sur place. Ainsi, l »Espresso Book Machine peut être installée dans des bâtiments publics, à coté des distributeurs de boissons, par exemple, afin de permettre d’acheter sous forme d’imprimés brochés l’intégralité des livres numérisés disponibles sur Google Books, Internet Archive et même quelques milliers de Gallica…

La numérisation et après ? Google Ngram Viewer

Google Ngram Viewer est un outil développé par Google pour permettre une exploitation bibliométrique des corpus numérisés par Google Books. Il permet de mesurer l’occurrence de mots dans la littérature mondiale en fonction des années et d’afficher le résultat sous forme de graphiques.
Grâce à cet outil, on peut visualiser l’apparition, le disparition ou l’évolution de mots et mesurer, par exemple, qu’en 200 ans, 16% des verbes irréguliers anglais sont devenus réguliers, que la notoriété d’un individu est moins longue aujourd’hui qu’hier, que nous oublions notre passé plus vite car, par exemple, l’année 1880 met 32 ans à être moitié moins mentionnée dans les livres, tandis qu’il ne faut plus que 10 ans à l’année 1973 pour arriver à ce même niveau…

Illustration : emploi du mot « toubib » dans la littérature en langue française depuis 1800

Reconnaissance de caractères (OCR) et correction participative

L’utilisation d’un logiciel d’OCR permettant de reconnaître les caractères d’un texte génère fatalement des erreurs (typographies, annotations, disparités du papier…). Pour y remédier, on peut faire appel à de la main d’œuvre dans des pays où le coût en est réduit (Madagascar, Viêt-Nam…). On peut aussi utiliser les possibilités du web 2.0 et permettre aux internautes intéressés par tel ou tel document de corriger son texte océrisé de manière participative, à l’image de l’encyclopédie participative Wikipedia.
Ainsi, en 2008, le texte des anciennes thèses de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse a été ainsi en grande partie corrigé sur Wikisource (projet affilié à Wikipedia) et, plus récemment, en 2010, la Bibliothèque nationale de France a livré 1400 livres sur Wikisource afin que leurs OCR soient corrigés.
A l’étranger, l’Australian Newspapers Digitisation Program offre la possibilité aux internautes de corriger directement sur sa plate-forme de diffusion le texte océrisé de journaux anciens.
De son coté, Google a racheté la société qui a développé Captcha, une solution logicielle destinée aux sites qui souhaitent se prémunir des attaques de robots. Lors de la création de comptes, l’internaute doit recopier un mot déformé afin de prouver qu’il n’est pas un robot. Ce faisant, il participe à la correction du texte océrisé dans le cadre du programme Google Books.