Un dispositif de veille au service des projets culturels

La plupart des articles de ce blog proviennent d’une veille sur le sujet de la numérisation et des bibliothèques numériques.
La veille tire son origine historique des services de renseignements militaires. Elle s’est généralisée, dans le cadre de la mondialisation avec une économie de plus en plus concurrentielle et offensive, à tel point que certains précurseurs de l’intelligence économique parlaient d’ailleurs de « guerre économique ». Dans le cadre du management de projets culturels, la veille permettra d’être rapidement informé de toute évolution ou actualité ayant une incidence sur l’environnement du projet, c’est à dire, d’identifier des opportunités (partenariats, innovations, appels à initiatives, financements) et, éventuellement, de détecter aussi des menaces (critiques, projets concurrents, évolution défavorable du contexte, faillite ou rachat d’un prestataire, évolution juridique).
Ainsi, au lieu d’aller rechercher périodiquement de telles informations en essayant de retrouver, à chaque fois, les mêmes requêtes, avec le risque de passer à coté d’une information ou de relire plusieurs fois la même, un dispositif de veille va permettre d’enregistrer ces équations de recherches, et surtout de faire venir directement et automatiquement jusqu’à soi toute nouvelle information sur les sujets qui nous intéressent. On obtient ainsi une sorte de revue de presse personnalisée en fonction de ses centres d’intérêts et des sujets que l’on surveille. Cette démarche de curiosité et d’ouverture d’esprit vis à vis de son environnement extérieur est propice à l’innovation et permet de gagner en efficacité, l’information ayant une valeur croissante dans l’économie contemporaine et dans la société de l’information.
Dans les institutions culturelles, on pourra, par exemple, développer les types de veilles suivants :
● Veille technologique (exemple : web sémantique)
● Veille image (e-reputation)
● Veille brevets (numérisation sans ouvrir le livre)
● Veille éditoriale (acquisitions)
● Veille appels à projets
Mais la veille peut tout aussi bien être utilisée dans la vie quotidienne (recherche d’emploi, d’appartement…)
Un outil gratuit et assez satisfaisant comme Google Reader permet de surveiller les flux RSS de sites web, d’équations de recherche sur des bases de données ou de Google Alerts afin d’être averti de tout nouvel item, de n’afficher que les articles qui n’ont pas encore été lus, de publier automatiquement les articles sélectionnés sur les réseaux sociaux (Google+, Twitter, Facebook…) et d’obtenir des suggestions de mise en relation avec des personnes ou des sources ayant les mêmes centres d’intérêts.
En effet, une partie non négligeable de l’information est dite informelle, elle peut provenir du renseignement humain et des relations professionnelles par exemple (collègues, tutelles, institutions, entreprises…).
A l’issue d’une collecte d’informations formelles (veille) et informelle (renseignement humain), une quantité importante d’informations doivent encore être analysées afin de transformer cette information brute en information plus raffinée, en information stratégique et, dans le cadre de ce blog, en articles. Voici, par exemple, quelques informations importantes qui ont pu être détectées, sur 2 ans, au sujet de la numérisation grâce à un tel dispositif de veille :
● 23 mars 2009 : Amazon BookSurge imprime à la demande les livres numérisés par la bibliothèque
de l’université Cornell (USA)
● 9 avril 2009 : Le Centre Informatique National d’Enseignement Supérieur (CINES) lance une
solution d’archivage pérenne
● 27 août 2009 : La Bibliothèque Nationale de France, après avoir dénoncé le projet Google Books,
annonce être en train de négocier un partenariat éventuel.
● 17 septembre 2009 : Google achète ReCAPTCHA afin de faire corriger le texte océrisé pour
Google Books par la multitude d’internautes qui créent des comptes sur le web.
● 30 octobre 2009 : lancement de e-Corpus une bibliothèque numérique et collective et gratuite
● 3 décembre 2009 : lancement de Polinum, un consortium d’entreprises en numérisation et en web
pour offrir une solution payante pour les bibliothèques.
● 3 décembre 2009 : le Hathi Trust lance sa bibliothèque numérique avec des fonctionnalités d’
archivage pérenne de ce que Google a numérisé.
● 7 avril 2010 : La BnF signe un partenariat avec Wikisource : le texte océrisé de 1400 livres pourra
être corrigé par des bénévoles.
● 10 février 2011 : la Bibliothèque nationale de France se lance dans l’impression à la demande sur
100 000 livres.
● 23 mars 2011 : la Bibliothèque nationale de France propose aux particuliers de financer la
numérisation de certains de ses livres.

Generic Feed-icon

Parution de Bibliothèques numériques : logiciels et plateformes aux éditions de l’ADBS

Bibliothèques numériques : logiciels et plateformes / Mathieu Andro, Emmanuelle Asselin, Marc Maisonneuve. – Paris : ADBS, 2012. – 1 vol. (315 p.). – ISBN 978-2-84365-140-3

Cet ouvrage contient une étude comparative de 10 solutions logicielles pour développer des bibliothèques numériques : Yoolib (Polinum), CONTENTdm, Omeka, DigiTool, Mnesys, Greenstone, dspace, eprints, invenio, ORI-OAI. L’ouvrage présente, en particulier, les réponses à un questionnaire de 160 questions des 10 éditeurs des logiciels dits propriétaires ou des développeurs ou utilisateurs experts des logiciels libres, des tableaux comparatifs, une étude sur les plateformes HathiTrust, Internet Archive et e-corpus.

Pour en savoir plus et le commander