Centre des Sciences de la Mer

Les stations marines ont pour mission principale d’accueillir les étudiants et les chercheurs du monde entier pour observer et étudier les organismes dans leur milieu naturel, pour y pratiquer une recherche expérimentale, initialement très organismique mais devenue de plus en plus systémique et par conséquent pluridisciplinaire.

Ces stations jouent un rôle moteur au sein des réseaux national (RNSM) et européen (MARS) des stations marines. Elles sont depuis 1992 des Observatoires des Sciences de l’Univers (OSU) et, à ce titre, participent toutes à des réseaux d’observation du milieu marin, jouant un rôle clé au sein du dispositif national et européen d’observation du milieu océanique, notamment littoral.

Lien.

Bibliothèque Mazarine

La bibliothèque personnelle du cardinal Mazarin (1602-1661), principal ministre de la minorité de Louis XIV, fut ouverte au public dès 1643 ; c’est la plus ancienne bibliothèque publique de France.

  • Collection des imprimés 
  • La bibliothèque Mazarine détient :

    – un fonds ancien encyclopédique (XVIe-XVIIIe siècles) : théologie, controverses religieuses (jansénisme notamment), histoire, politique, droit, littérature, sciences (médecine en particulier), éditions latines, françaises et étrangères (notamment italiennes, espagnoles et anglaises).

    – un fonds moderne spécialisé en histoire (XIXe-XXe siècles) : histoire religieuse, littéraire et culturelle du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) et des XVIe-XVIIe siècles, histoire du livre, histoire locale et régionale de la France. Aujourd’hui, la politique documentaire de la Bibliothèque s’organise autour de ces thématiques en privilégiant la France sans exclure l’Europe.
    Le support papier (ouvrages et périodiques) occupe une place prépondérante mais la Bibliothèque acquiert aussi des ressources électroniques (CD-roms, DVD-roms, abonnements en ligne) signalées dans le catalogue et consultables en salle de lecture.

  • Collection des manuscrits
  •  

    La Bibliothèque du cardinal Mazarin comprenait un ensemble important (un peu plus de 2 000, si l’on exclut les 300 volumes de l’ancienne collection Brienne, qui sont des copies de pièces d’archives) de manuscrits médiévaux et modernes rédigés non seulement en latin (environ 900), mais aussi en grec, français, italien, espagnol, catalan, portugais, islandais et dans les principales langues orientales (hébreu, arabe, turc, persan, copte, syriaque).
    Cette collection, léguée par le cardinal, en même temps que le reste de sa bibliothèque, au Collège des Quatre-Nations, ne constitue pas, pourtant, la base de l’actuel fonds des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine. A la suite d’un accord imposé par le pouvoir royal en 1668, les manuscrits furent en effet « échangés » contre les ouvrages imprimés figurant en double dans la Bibliothèque royale. Ils se trouvent aujourd’hui dans les différents fonds du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et en constituent une des richesses.
    A l’exception de quelques manuscrits acquis au XVIIIe siècle par les bibliothécaires du collège, le fonds actuel de manuscrits médiévaux et modernes de la Bibliothèque Mazarine provient essentiellement de confiscations révolutionnaires. L’abbé Leblond se servit largement dans le dépôt littéraire de Louis-la-Culture (rue Saint-Antoine) où la plupart des manuscrits provenant des établissements religieux parisiens avaient été rassemblés ; il obtint également les quelques manuscrits que conservait encore l’abbaye de Saint-Denis à la veille de la Révolution, s’attribua aussi des manuscrits présents dans les bibliothèques d’émigrés et profita de sa position de « commissaire pour la recherche des objets de science et d’arts dans la Belgique et dans les pays conquis par les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse » pour enrichir la bibliothèque de manuscrits provenant de ces régions.
    Aux XIXe et XXe siècles, quelques donations sont venus enrichir encore les collections de la Mazarine, essentiellement des papiers d’érudits (fonds Faugère, Thiébaut de Berneaud, Tastu, Lebrun, Demangeon-Perpillou, Laurain-Portemer…) mais également des manuscrits médiévaux et modernes (donation de Paul et Madeleine Faralicq, donation des héritiers de Julien LeRoy White…) ou des documents concernant l’histoire des Antilles (legs Marcel Chatillon), dont les archives de la Société des Amis des Noirs fondée en 1788 par Brissot et Clavière. Certains de ces fonds, encore en cours de traitement, ne sont pas entièrement consultables.

    Les manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, catalogués une première fois au cours du XIXe siècle (notamment par Taranne et Thiébaut de Berneaud), ont fait l’objet vers 1880 d’un recatalogage, avec attribution de nouvelles cotes, par Auguste Molinier dont le résultat a été publié en quatre volumes (Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine par Auguste Molinier, préf. d’Alfred Franklin. Paris : Plon, 1885-1892). Cette publication a fait l’objet de suppléments, publiés ou non, dont le dernier a été rédigé par Pierre Ganault en 1993.
    Aujourd’hui, les manuscrits de la Bibliothèque Mazarine sont recensés dans Calames (Catalogue Accessible en Ligne des Archives et Manuscrits de l’Enseignement Supérieur).

    Afin de mieux assurer la préservation des originaux et de mieux diffuser auprès du public les informations textuelles ou iconographiques véhiculées par ces ouvrages, les 1 400 manuscrits médiévaux de la Bibliothèque Mazarine ont tous été reproduits au cours d’une campagne de microfilmage menée de 1995 à 1997 par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (I.R.H.T.). En outre, le décor de ces documents a fait l’objet d’une numérisation systématique et, depuis octobre 2002, la base de données Liber Floridus, riche de plus de 30 000 images, dont plus de 16 000 concernant des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, est accessible en ligne.

    Lien

    VIDEO : échanges croisés entre experts de la restauration – conservation

    Le patrimoine européen conservé en Chine et en Inde souffre d’un manque de compétences appropriées pour sa conservation optimale ; et inversement, les patrimoines chinois et indien actuellement conservés en Europe subissent le manque de technicité des experts européens en conservation face aux spécificités de chacun de ces patrimoines (matériaux  et techniques graphiques très particuliers et différents).

    Ces échanges croisés entre experts chinois, indien et européen ont pour but de favoriser les bonnes pratiques et les transferts de savoir faire pour la conservation de ces patrimoines. Ils ont abouti à une meilleure prise en charge de ces patrimoines et donc contribué à leurs mise en valeur.

    Ces échanges ont également été l’occasion de rencontres entre ces experts et les élèves qui ont contribués à la réalisation de la Bande Dessinée CHINDEU (plus d’information sur le site du projet: www.chindeu.eu/). Très enrichissantes pour chancun, ces rencontres ont également contribuées à la reussite du projet.

    Pour visionner les vidéos : lien

    Présentation générale de l’organisation des données et des possibilités de recherche

    Télécharger PDF

    E-corpus c’est :


    • Un entrepôt collectif de données avec des outils de recherche globale et avancée
    • Des établissements et une page d’accès personnalisée pour chacun
    • Des collections virtuelles (qui croisent des données entre des établissements) avec des pages d’accès directes
    • Des sites « satellites » avec une URL propre
    • Des liens OAI.pmh et API avec les autres bibliothèque virtuelle

    L’organisation des notices et des métadonnées dans e-corpus


    • XML , EAD (Encoded Archival Document)
    • Un système hiérarchique et souple
    • Diffusion de textes imprimés (océrisés sur le serveur : avec recherche en texte intégral), de documents manuscrits, de cartes et plans mais aussi d’enregistrements sonores et de vidéos.

    Quelques aspects techniques originaux :

    • Possibilité d’ajouter des champs additionnels dans les « sites satellites »
      • Récupérables en exports et OAI.pmh dans des champs EAD prédéterminés
    • Possibilité de limiter l’accès à des documents à des communautés restreintes
      • via les adresses email ou un système plus complexe. Par exemple, système relié au serveur d’une université, pour limiter l’accès aux seuls étudiants d’un établissement…
    • Interface traduit en plusieurs langues (français, anglais, chinois, arabe, espagnol, catalan, italien,… russe et allemand en préparation)

    Devenir contributeur de E-CORPUS :

    • Se manifester : contact@e-corpus.org et présenter son corpus documentaire
    • Formation assurée (directe et webconference)
    • Hébergement et utilisation gratuits (y compris les « sites satellites »)
    • Accepter les principes de fonctionnement
      • Bibliothèques virtuelles, accès gratuit aux documents, participer aux développement par des suggestions techniques et documentaires…
    • Possibilité de bénéficier de numérisation gratuite –  sur des thématiques précises (décidées annuellement)

    Les atouts de e-corpus pour les relations établissements/cyber-lecteurs :


    • Page éditoriales avec textes, illustrations et logos personnalisés
    • Relations directes via les boutons de «contacts»
    • Possibilité d’annoncer des «nouvelles»
    • Mise en valeur de certains documents en «trésors»
    • Choix sur les ordres d’affichage par défaut des résultats
    • Liens faciles entre e-corpus et l’OPAC de chaque établissement
    • Permaliens des notices et des images
    • Système collaboratif qui permet aux cyber-lecteurs, après inscription, d’ajouter des informations complémentaires aux notices (tags)
    • Tout est paramétrable pour et par chaque établissement

    E-corpus aujourd’hui …en quelques chiffres :


    • 200 établissements contributeurs de 32 pays
      • Avec une quantité de documents numériques allant de 1 à 350 000 !
    • Un total de 1 050 274 fichiers numériques accessibles
    • 61 498 notices
    • E-Newsletter avec plus de 10 000 abonnés
    • Co-financement UE et région Provence- Alpes-Côte d’Azur

    E-corpus demain… Objectifs fin 2011 :

    • Un total de 2 000 000 fichiers numériques accessibles
    • 100 000 notices

    REJOIGNEZ-NOUS !

    Villa Arson

    La Villa Arson est une  institution nationale dédiée à l’art contemporain. Créée en 1970, sous l’égide du ministère de la Culture, la Villa  est dès l’origine conçue comme un établissement artistique d’un type nouveau ouvert aux échanges internationaux, réunissant une école d’art, un centre d’art contemporain, une médiathèque et des résidences d’artistes.

    Riche d’un fonds d’environ 40.000 documents, la médiathèque possède une collection patrimoniale (livre anciens, rares ou précieux) constituée en partie par le fonds de l’ancienne Ecole des arts décoratifs de Nice et en partie par des dons généreux d’artistes, comme Henri Matisse et de bienfaiteurs (Marie-Paule Fontenelle en particulier).
    L’essentiel des collections demeure le fruit d’une volonté affirmée depuis trente ans de créer un centre de ressources documentaires spécialisé dans l’art contemporain. La cohabitation unique au sein de la Villa Arson d’un centre d’art contemporain d’envergure internationale, de résidences d’artistes et d’une école supérieure d’art a conduit la médiathèque à élaborer une politique exigeante d’achats spécialisés.
    L’activité éditoriale du Centre d’art  permet également de participer aux échanges de publications entre institutions et d’enrichir ainsi substantiellement le fonds de catalogues d’expositions temporaires.

    Actuellement,  l’Ecole supérieure d’art entreprend un vaste chantier de valorisation des collections d’estampes. Dans le cadre du plan national de numérisation du ministère de la Culture, l’équipe de la médiathèque inventorie les collections d’estampes conservées qui ont été réalisées dans les ateliers de l’école d’art depuis trente ans : gravures, lithographies et sérigraphies.

    Lien.

    Eurindia – Bibliothèque virtuelle

    EURINDIA a été un projet d’une durée de 36 mois co-financé par la Commission européenne dans le cadre de l’European Union India Economic Cross Cultural Programme (2004-2007)

    Ce projet portait principalement sur l’histoire des relations économiques (commerciales, industrielles, commerce maritime et terrestre, etc.), et en particulier l’histoire de la conception de cartes et du commerce textile depuis le 15ème siècle à nos jours.

    L’objectif global était de mettre en avant l’histoire des relations entre l’Europe et l’Asie par la localisation, le recensement, la numérisation et la diffusion sur Internet d’un corpus de documents historiques du domaine public.

    Lien.

    Médiathèque Communautaire de Draguignan

    Depuis 1889, la médiathèque de Draguignan est installée dans l’ancienne résidence d’été de l’évêque de Fréjus, Martin du Bellay. Ce bâtiment du XVIIème siècle est, à l’origine, un ancien couvent des Ursulines.

    La médiathèque conserve une partie des fonds confisqués durant la Révolution aux congrégations religieuses et aux émigrés varois:

    Elle détient 521 manuscrits du Moyen-Âge au XIXème siècle, 11 incunables, près de 10 000 livres du fonds ancien (avant 1810) et 5000 volumes du fonds local.

    Le manuscrit le plus ancien date du XIIème siècle: il s’agit d’un recueil de lettres de Sénèque dont 8 sont adressées à Paul de Tarse.

    La médiathèque conserve également un exemplaire du Roman de la Rose, manuscrit sur parchemin du XIVème siècle orné de 13 enluminures, plusieurs bréviaires et livres d’heures enluminés, le Chronicurum Liber (1493), le Songe de Poliphile, le Theatrum Orbis Terrarum d’Ortelius, la Description de l’Egypte…

    Le fonds ancien peut être consulté sur rendez-vous, en dehors des heures d’ouverture au public.

    Lien

    Bibliothèque de manuscrits Lmuhub Ulahbib

    Collection de manuscrits arabes et berbères constituée au milieu du 19-ème siècle, en Kabylie Orientale, au village Tala Uzrar. Fondée par Lmuhub Ulahbib né en 1822, sa famille Ulahbib « benlahbib », la branche héritière de cette collection deviendra Mechehed pout l’état civil français. Sa famille  habitait le village familial Tala Uzrar depuis plus de 6 siècles et avait des activités agricoles et commerciales propres aux paysans de l’époque. Le célèbre voyageur al-Wathilani écrit bien dans sa rihla (récit de voyage) que la famille Ulahbib possède plusieurs érudits.

    La collection de manuscrits Ulahbib comprend 570 manuscrits et documents répertoriés, dont 50 manuscrits non pas été catalogués.
    Parmi eux, environ 478 écrits ont un rapport avec des ouvrages ou des textes (copie, commentaire, résumé…). Plus d’une centaine ne sont constitues que de quelques feuillets, alors que seulement 300  (sur 475) sont complets.
    Sa structure  permet d’avoir une bonne vision du savoir qui fut accessible aux lettrés locaux au milieu du XIXe siècle. Quant a son importance par rapport aux autres bibliothèques maghrébines du XIXe siècle, elle a fait l’objet d’une étude approfondie dans plusieurs articles. La vision qu’avait Lmuhub Ulahbib sur l’utilisation de sa bibliothèque est bien précisée dans ses Waqf : «mes ouvrages (…) rédigés, copiés ou achetés (…) doivent servir a ceux qui possèdent des connaissances et a ceux qui recherchent le savoir ».

    Lien.

    Ornithologie et patrimoine

    Cette collection virtuelle est  pilotée par le Centre de Conservation du Livre d’Arles et par la médiathèque d’Arles.

    La médiathèque d’Arles possède un fonds particulièrement riche sur la fauconnerie et l’ornithologie grâce à la donation en 1921 de Pierre-Amédée Pichot (1841-1921). Fils du célèbre arlésien Amédée Pichot (1795-1877), traducteur de langue anglaise et directeur de la Revue Britannique, Pierre-Amédée est l’auteur d’ouvrages sur la fauconnerie et la zoologie. Sa bibliothèque témoigne de son goût pour la bibliophilie. Citons quelques titres parmi les plus remarquables : Taka no sho : traité de fauconnerie, manuscrit japonais du 18e siècle ; La fauconnerie de Charles d’Arcussia, 1627 ; L’ histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales : l’ornithologie de John Ray, 1767.

    Enfin nous soulignerons le Nouveau recueil de planches coloriées d’oiseaux : pour servir de suite et de complément aux planches enluminées de Buffon publié par C. J. Temminck et le baron Meiffren Laugier de Chartrouse en 1838, offert à la ville d’Arles par son auteur arlésien le baron Meiffren Laugier de Chartrouse maire d’Arles entre 1824 et 1830.

    Lien

    Bibliothèque de l’Université Catholique de Louvain, Institut Orientaliste

    L’Institut orientaliste de Louvain est un centre de recherche qui se consacre à l’étude des langues et civilisations orientales. Son objectif est d’identifier, analyser et comparer, selon une méthode critique adéquate (philologique, historique, anthropologique), les idées, croyances, pratiques et expressions culturelles des différents peuples orientaux dans leurs fondements originels, leur évolution prémoderne et leur rencontre avec les autres cultures. Il s’attache pour chaque tradition orientale concernée à la mise en évidence des continuités et des transformations diachroniques, ainsi que des phénomènes aréaux d’échanges et de diffusions.
    Le CIOL accorde une place privilégiée à l’étude des sources textuelles originales ou inédites, dont seules l’édition critique, la traduction précise et l’interprétation contextuelle rigoureuses peuvent fournir une base solide aux interrogations contemporaines touchant aux questions d’identité culturelle et de dialogue inter-culturel ou -religieux.
    Lien

    Les nouvelles fonctionnalités d’e-corpus

    De nouvelles fonctionnalités sont désormais disponibles sur e-corpus :

    1/ Affichage possible des résultats en « planches diapositives » (mosaïque) , notamment pour les collections iconographiques

     

    2/ Interopérabilité de e-corpus avec les autres bibliothèques numériques (OAI.MPH et Google-livre) Mise en place de répertoires OAI.pmh pour chaque site satellite

     

    3/ Possibilité pour les contributeurs de charger le sommaire des documents, après avoir importer notices et images jointes

     

    4/ Limitation de l’accès aux fichiers joints à une notice à une communauté restreinte par l’introduction des emails des personnes ayant accès aux documents.

     

    5/ Possibilité, pour les établissements contributeurs, de demander aux cyber-lecteurs une acceptation des règles d’utilisation des fichiers avant d’y accéder (visualisation, téléchargement des fichiers Pdf ou impression) . Règles établies par chaque établissement. 

    6/ La fenêtre de feuilletage des livres est agrandissable 

    7/ Sur la page d’accueil, il y a désormais un nuage de mots clefs

     

    8/ Amélioration de la formule de recherche et d’affichage des résultats par pertinence

    9/ Amélioration du référencement des notices de e-corpus et de ses sites « satellites » sur les principaux moteurs de recherche Internet

    10/ Optimisation de la possibilité d’ajouter des champs additionnels dans les sites satellites et gestion plus souple des champs affichés

    11/ Gestion renforcée pour les contributeurs et leur contribution aux collections virtuelles d’e-corpus

    12/ Possibilité en recherche avancée de choisir une collection ou un fonds précis après avoir choisi un établissement (localisation)

    13/ Ajout des meta-descriptions dans les notices (non visible en consultation)

    14/ Amélioration de la navigation dans la hiérarchie des notices

    Bibliothèque Provençale Numérique – B.P.N

    La Bibliothèque Provençale Numérique est un projet coordonné par le Centre de Conservation du Livre (C.C.L.) d’Arles, la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence et la Bibliothèque de l’Alcazar de Marseille.
    Elle propose, présente et met en ligne un ensemble de documents patrimoniaux sur la Provence conservés dans des bibliothèques, des archives, des institutions muséales ou des collections privées, en France et à l’Étranger.

    Parmi les milliers de documents proposés, intéressant l’histoire, la culture et l’image de la Provence, on peut notamment découvrir :

     

    …et des centaines d’autres thèmes illustrant la richesse documentaire sur la Provence et les Provençaux à travers le monde.

    Université Paris 8

    Le Conseil scientifique de Paris 8 a souhaité que l’Université soit dotée d’une plateforme lui permettant de valoriser des corpus documentaires qui présentent un intérêt avéré pour des travaux de recherche en cours ou à venir. Il a confié au Service Commun de la Documentation de Paris 8 le soin de mener à bien ce projet. Les fonds numérisés proviennent de la Bibliothèque Universitaire de Paris 8, mais aussi de laboratoires de recherche, d’enseignants et de partenaires de l’Université.

    L’Université Paris 8 fait partie des établissements partenaires d’e-Corpus.

    La Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence

    En 1786, Jean-Baptiste Piquet, marquis de Méjanes, ancien premier consul d’Aix et procureur du pays, légua ses collections à la province de Provence . Rassemblés à Aix, ses livres furent entreposés à l’hôtel de ville et la bibliothèque ouverte au public en 1810. La bibliothèque ne bénéficia d’aucun apport de livres confisqués sous la Révolution aux établissements religieux et aux émigrés. Elle reçut au XIXe et au XXe s. de nombreux dons et legs de grande valeur.
    La Bibliothèque Méjanes a été incluse dans la cité du livre depuis son installation, en 1989, dans l’ancienne fabrique de la Seita

    La bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence fait partie des établissements partenaires d’e-Corpus.