Bibliothèque de manuscrits Lmuhub Ulahbib

Collection de manuscrits arabes et berbères constituée au milieu du 19-ème siècle, en Kabylie Orientale, au village Tala Uzrar. Fondée par Lmuhub Ulahbib né en 1822, sa famille Ulahbib « benlahbib », la branche héritière de cette collection deviendra Mechehed pout l’état civil français. Sa famille  habitait le village familial Tala Uzrar depuis plus de 6 siècles et avait des activités agricoles et commerciales propres aux paysans de l’époque. Le célèbre voyageur al-Wathilani écrit bien dans sa rihla (récit de voyage) que la famille Ulahbib possède plusieurs érudits.

La collection de manuscrits Ulahbib comprend 570 manuscrits et documents répertoriés, dont 50 manuscrits non pas été catalogués.
Parmi eux, environ 478 écrits ont un rapport avec des ouvrages ou des textes (copie, commentaire, résumé…). Plus d’une centaine ne sont constitues que de quelques feuillets, alors que seulement 300  (sur 475) sont complets.
Sa structure  permet d’avoir une bonne vision du savoir qui fut accessible aux lettrés locaux au milieu du XIXe siècle. Quant a son importance par rapport aux autres bibliothèques maghrébines du XIXe siècle, elle a fait l’objet d’une étude approfondie dans plusieurs articles. La vision qu’avait Lmuhub Ulahbib sur l’utilisation de sa bibliothèque est bien précisée dans ses Waqf : «mes ouvrages (…) rédigés, copiés ou achetés (…) doivent servir a ceux qui possèdent des connaissances et a ceux qui recherchent le savoir ».

Lien.

Les manuscrits arabes de médecine

Au Moyen âge, les Arabes sont les pionniers de la recherche médicale. Ils ont conservé les savoirs de l’Antiquité et les enseignements d’Hippocrate et de Galien. En particulier, ils reprennent la théorie des quatre humeurs, selon laquelle les maladies résultent d’un déséquilibre entre la bile, le phlegme, le sang et l’atrabile qui gouvernent le corps et la personnalité. Les traitements consistent à rétablir la pondération initiale par la prescription de remèdes et d’une alimentation choisis.

Les docteurs arabes développent ces savoirs en s’appuyant sur une conception logique des affections et une approche méthodique. Ainsi, ils inventorient et décrivent les symptômes, ils améliorent l’art du diagnostic et la pratique clinique et posent les règlements de la profession.

Les apports sont nombreux et favorisés par la construction d’hôpitaux (Bagdad, Le Caire, Damas, Samarkand) contrôlés par un maître, la diffusion des principes d’hygiène (asepsie et isolation des contagieux à une époque où, en Europe, on pensait que la lèpre et la peste se transmettaient par le regard) et encore par une abondante pharmacopée, alimentée par le commerce caravanier ou maritime. Plantes, drogues animales, extraits minéraux entrant dans la composition des emplâtres, onguents, cataplasmes, cachets.

Le Canon d’Avicenne, cette monumentale encyclopédie, présente et classe près de 800 remèdes et le vocabulaire conserve les traces de cette inventivité chimique et pharmacologique, ou des termes arabes passés dans toutes les langues : drogue, alambic, alcool, benjoin, benzène, élixir, soude, talc, ambre, safran, santal, sénéÖ

La grande figure du génie médical est bien entendu Avicenne (Ibn Sinà, 980-1037), qui commença à exercer à l’âge de 16 ans et à qui l’on doit les descriptions de la méningite, de la pleurésie et plus de 100 ouvrages médicaux et philosophiques.

Son Canon fut traduit, puis publié en Europe, en 1473, pour la première fois. Au siècle suivant, on comptait 36 éditions.

E-Corpus présente une sélection de manuscrits médicaux, documents, rares et décorés, conservés dans des collections européenne et méditerranéenne.

Lien